GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    ONU: Washington divise par deux son aide financière aux réfugiés palestiniens

    media Des Palestiniens manifestent devant le siège de l'UNRWA à Rafah pour réclamer de meilleures conditions de vie, le 11 janvier 2018. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

    Donald Trump met sa menace à exécution. Les Etats-Unis viennent de réduire l’aide à l’UNRWA, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens. L’aide est divisée par deux. Sur les 125 millions de dollars qui devaient initialement être versés, seuls 60 millions ont été envoyés à l'agence.

    En décembre dernier, Washington reconnait unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël. Cette décision de la Maison Blanche provoque alors la réprobation de la communauté internationale et entraine la colère des Palestiniens. Dans un discours très offensif, le chef de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dénonce la « claque du siècle » infligée par Donald Trump, et décide de rejeter le plan de paix américain.

    Le président Donald Trump brandit alors cette menace : il coupera l'aide financière américaine aux Palestiniens s'ils refusent de discuter avec lui d'une solution pacifique au conflit.

    Sans aller jusqu’à fermer entièrement le robinet, les Etats-Unis viennent d’annoncer qu’ils réduisent de plus de la moitié l’aide allouée à l’UNRWA. Ce financement américain est notamment destiné à payer les salaires dans les écoles et le système de santé en Jordanie, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Les Etats-Unis sont le principal contributeur de l'UNRWA, l'agence onusienne en charge des cinq millions de réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.

    Il n’est plus question, explique un responsable du département d’Etat américain, que les Etats-Unis financent de manière disproportionnée le fonctionnement des agences de l’ONU.

    Cette décision crée des conditions qui génèreront de l'instabilité dans la région, a aussitôt réagi l'Organisation de libération de la Palestine, rapporte notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic. L'OLP accuse également l'administration américaine de cibler le segment le plus vulnérable du peuple palestinien. Pour les dirigeants palestiniens, les Etats-Unis suivent les instructions de Benyamin Netanyahu. Le Premier ministre israélien a demandé à plusieurs reprises le démantèlement progressif de l'UNRWA estimant que son existence perpétue le problème des réfugiés. Le droit au retour des réfugiés est l'une des principales revendications des Palestiniens et a été occulté dans toutes les négociations avec Israël.

    Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a fait part mardi 16 janvier, juste avant l'annonce de la décision américaine concernant l'UNRWA, de sa « grande inquiétude », estimant que la fin des financements américains provoquerait « un problème très très important ».

    Je suis très inquiet et j'espère très fortement qu'il sera possible au final que les Etats-Unis maintiennent le financement de l'UNRWA dont ils sont le principal contributeur. Car d'abord UNRWA n'est pas une institution palestinienne. C'est une institution onusienne qui fournit des services vitaux aux réfugiés palestiniens que ce soit dans les territoires occupés ou en Jordanie, Syrie et au Liban.
    Antonio Gutteres, le secrétaire général de l'ONU, s'inquiète pour UNRWA 17/01/2018 - par Marie Bourreau Écouter

    Les Etats-Unis aident les Palestiniens de manière bilatérale à hauteur de 319 millions de dollars (chiffre datant de 2016) via leur agence de développement USAID. A cela se sont ajoutés 304 millions de dollars d'assistance versés par Washington aux programmes de l'ONU dans les Territoires palestiniens.

    Pour Robert Malley, directeur de l'International Crisis Group et ancien conseiller de Barack Obama pour le processus de paix, « c'est un geste politique parce que cela faisait longtemps, pendant la campagne, que le candidat Trump disait "on dépense trop d'argent à l'étranger". Là c'est une cible facile, c'est une cible politique qui fait sens, vu l'électorat qui a voté pour Trump et auquel pense l'administration. Mais c'est non seulement un très grave geste vis-à-vis des Palestiniens qui vivent dans les camps de réfugiés. C'est également un but contre son camp pour l'administration elle-même parce qu'elle ne va faire que creuser davantage le discrédit dont elle souffre aujourd'hui et rendre beaucoup plus difficile quelconque effort diplomatique dans la région. »

    C'est surtout, ajoute le spécialiste, « le phénomène humanitaire, les conséquences graves, que cette décision va avoir sur les populations palestiniennes. Espérons que d'autres puissent compenser ce qui manquera à l'UNRWA. »

    Le directeur exécutif de l'ONG américaine Human Rights Watch Kenneth Roth dénonce quant à lui une prise d'otage des enfants palestiniens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.