GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’utilisation des armes chimiques en Syrie en discussion à Paris

    media Une photographie diffusée par des militants syriens montrant une femme sous assistance respiratoire, le 15 avril 2014, après une attaque au gaz à Kfar Zeita, dans la province de Hama, en Syrie. REUTERS/Stringer

    Une trentaine de pays lancent ce mardi 23 janvier à Paris une initiative contre l'impunité dans l'emploi des armes chimiques. La France décrète des gels d'avoirs contre 25 entités et responsables d'entreprises syriens mais aussi français, libanais ou chinois. Ces dernières années sont marquées par une série de veto russes à ce sujet. Moscou s’est farouchement opposé à des enquêtes internationales en Syrie. Mais derrière cette initiative française se cache également la volonté de Paris et de ses partenaires occidentaux de reprendre le leadership dans le dossier syrien.

    Une réunion peut en cacher une autre. Officiellement rassemblés pour parler de la problématique des armes chimiques, certains ministres des Affaires étrangères avec à leur tête, le français, Jean-Yves Le Drian, et le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, se retrouvent ce soir en comité restreint. Objectif : reprendre la main dans le dossier syrien.

    Actuellement, c’est la Russie qui mène le jeu. Vladimir Poutine dicte la conduite.
    Moscou a associé la Turquie et l’Iran, aux négociations de paix sur la Syrie à Sotchi. Mais pour le président Emmanuel Macron comme pour le chef de la diplomatie française : « Aucune paix ne sera durable, ni juste, sans la participation des Etats-Unis, de l'Europe et des pays de la région ».

    Jean-Yves Le Drian, le dit clairement : les Russes ne peuvent de toutes façons pas régler seuls la crise syrienne. Paris et Washington, travaillent désormais à la construction une solution politique durable en Syrie. Et cela passe par une réforme constitutionnelle et l’organisation d’élections libres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.