GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 5 Décembre
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: une réunion à Vienne sans grand espoir ce 25 janvier

    media L'émissaire onusien Staffan de Mistura, à Moscou, le 24 novembre 2017. REUTERS/Sergei Karpukhin

    La nouvelle session de pourparlers de paix sur la Syrie est prévue ce  jeudi 25 janvier à Vienne sous l'égide de l'ONU. Théoriquement il s'agit de s'entendre sur un calendrier politique qui permettrait à la Syrie de se doter d'une nouvelle Constitution et d'organiser des élections. Les discussions à Vienne précéderont  de quelques jours la conférence de paix organisée les 29 et 30 janvier à Sotchi par la Russie. Mais il y a  peu de chances, très peu de chances, pour que la réunion de Vienne aboutisse à des résultats.

    Très peu de chances en effet. Staffan de Mistura, l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, a beau affirmer qu'il est optimiste, les faits démontrent le contraire. En fait Staffan de Mistura est lucide. Il déclare : « Je suis optimiste, car c'est la seule façon d'être dans ces moments-là. ».

    Jean-Yves le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, pour sa part déclare qu'il « n'y a pas aujourd'hui de perspective politique qui se présente sauf, et c'est le dernier espoir, la réunion qui va se tenir à Vienne  sous l'égide des Nations unies où l'ensemble des parties prenantes seront présentes et où, j'espère, un agenda de paix pourra être dessiné ».

    Deux questions posent problème. D’abord, ni la délégation du régime syrien ni l'opposition syrienne n'ont l'intention de négocier directement. L'opposition syrienne fait du départ de Bachar el-Assad un préalable à toutes négociations. Ce que refuse le régime de Damas. Ensuite, il existe un autre canal de négociation possible, celui mis en place par la Russie  à  Sotchi d'où sont excluent les Nations unies, les Etats Unis, ou encore la France. Mais là aussi rien ne dit que Moscou pourrait réussir là où tous les autres ont échoué jusqu'à présent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.