GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: Ankara réclame le départ des militaires américains de Minbej

    media Un membre des forces spéciales de la police turque à Azaz, en Syrie, le 24 janvier 2018. REUTERS/Osman Orsal

    La Turquie poursuit ses opérations militaires dans la région d'Afrin contrôlée par les forces kurdes. Ankara, qui a déjà prévenu qu'elle ne se limiterait pas à cette région du nord de la Syrie, a lancé ce samedi 27 janvier un avertissement aux Etats-Unis.

    « Il faut qu'ils (les Etats-Unis) se retirent immédiatement de Minbej », a déclaré ce vendredi le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu, au huitième jour de l'offensive lancée par la Turquie contre les forces kurdes dans la région d'Afrin, à une centaine de kilomètres de là.

    Plusieurs centaines de militaires américains sont actuellement déployés à Minbej, tenue par la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG). Considérés comme « terroristes » par Ankara, les YPG sont alliés avec Washington dans la lutte contre le groupe Etat islamique.

    Or Minbej se trouve dans ce « corridor de sécurité » de 30 km à l’intérieur du territoire syrien que les forces turques veulent mettre en place afin d'« écraser comme un rouleau compresseur » toute menace, selon les mots de Recep Tayyip Erdogan.

    La mise en garde lancée ce samedi confirme encore un peu plus qu'Ankara est bien décidée à déployer ses troupes non seulement à Afrin, mais plus à l'est, comme l'a annoncé hier le président turc. « Jusqu'à la frontière irakienne », a-t-il même déclaré, rappelle notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette.

    Cet avertissement est également un nouvel élément de discorde entre Ankara et Washington, trois jours après un entretien téléphonique entre Recep Tayyip Erdogan et Donald Trump qui n'avait rien donné. Ankara et Washington livrant même des versions totalement différentes de cette conversation.

    La présidence turque affirme ce samedi que les Etats-Unis se seraient engagés à ne plus fournir d'armes aux forces kurdes. Un engagement qui n'a été ni confirmé, ni infirmé pour l'instant, par les Américains.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.