GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Luigi Patronaggio, après une inspection de la police judiciaire et de deux médecins, a estimé que la situation critique à bord du bateau humanitaire nécessitait un débarquement des rescapés en Sicile et que l'«Open Arms» devait être placé sous séquestre.

    Moyen-Orient

    Syrie: les Kurdes, pris sous l'offensive turque, n'iront pas à Sotchi

    media Les milices de l'Armée syrienne libre soutenus par la Turquie mitraillent la région de Barsayaau nord-est d'Afrin, sous contrôle kurde, le 28 janvier 2018. REUTERS/Khalil Ashawi

    La conférence de Sotchi sur la paix en Syrie prévue pour ce mardi 30 janvier s'annonce mal. Alors que l'opposition syrienne avait déjà annoncé qu'elle la boycottait, ce dimanche matin, ce sont les Kurdes qui jettent l'éponge. Ils mettent en avant l'offensive turque en cours sur l'enclave d'Afrin. Une opération militaire qui se poursuit et prend de l'ampleur.

    « Nous avions dit auparavant que si cette situation persistait à Afrin nous ne pourrions pas être présents à Sotchi », a déclaré à l'AFP une responsable des autorités kurdes. La réunion de Sotchi, annoncée pour le 30 janvier, devait réunir des représentants du gouvernement et des rebelles syriens, à l'initiative de Moscou et Téhéran, alliés du régime de Damas, et d'Ankara, soutien des rebelles.

    C'est que ce dimanche, à la faveur du temps clair, la Turquie a repris de plus belle ses bombardements pour tenter de briser les lignes des milices kurdes syriennes de l'YPG, alliée des Etats-Unis, qui ont été sommés samedi par Ankara de se retirer de Minbej, ville du nord de la Syrie. L'aviation et l'artillerie turques ont pilonné dans la matinée la colline de Barsaya, dans la région d'Afrin, contrôlée par les Kurdes syriens considérés par Ankara comme des terroristes.

    Qui arrêtera Recep Tayyip Erdogan ?

    Le président turc a lancé, le 19 janvier, une opération militaire à sa frontière avec la Syrie. Selon Jean Marcou, face à une absence de réactions internationales, la Turquie compte étendre son opération militaire en Syrie. « Erdogan est en train finalement de prendre confiance et de développer une opération qui, au départ, paraissait être une opération plutôt transfrontalière, et qui, au fur et à mesure qu’elle se développe – du fait - je dirais - de cette configuration diplomatique c’est-à-dire d’une absence d’opposition véritable des autres pays qui comptent dans la région – Erdogan est en train de faire un petit peu, maintenant,  des plans sur la comète qui dépassent très largement la zone d’Afrin », explique à RFI le directeur du Master Méditerranée/Moyen-Orient à Sciences Po Grenoble.

    Mais selon Jean Marcou, le président turc profite aussi de l'inertie des grandes puissances. La Russie, par exemple, semble s'accommoder de cette nouvelle situation. « Stratégiquement, on voit bien que la situation actuelle profite à la Russie puisque cette opération va permettre d’affaiblir les Kurdes dans la perspective de rétablir le régime de Bachar el-Assad. D’un autre côté, finalement, comme elle n’a pas donné son approbation à cette intervention, elle pourra le moment venu reprendre ses distances. »

    L'enseignant-chercheur à Sciences Po s'interroge aussi sur le positionnement des Etats-Unis, dont le silence s'éternise : « On se demande à quel jeu jouent les Américains et s’ils ont véritablement une stratégie définie ou s’ils ne réagissent pas au coup par coup comme on les a vus faire à de nombreuses reprises au Proche Orient ces dernières mois. »

    Offensive turque en Syrie: Recep Tayyip Erdogan veut aller plus loin

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.