GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bafta du meilleur acteur pour Gary Oldman («Les heures sombres»)
    • Mort du violoniste de jazz français Didier Lockwood à l'âge de 62 ans (communiqué)
    Moyen-Orient

    Syrie: le spectre des armes chimiques et des frappes en représailles

    media Une attaque chimique avait frappé, le 4 avril 2017, les habitants de Khan Cheikhoun. REUTERS/Ammar Abdullah

    Des bombardements quotidiens en Syrie, des efforts diplomatiques qui échouent à Vienne ou à Sotchi et le spectre des armes chimiques plane toujours sur le chaos syrien. Depuis plusieurs jours, les responsables américains multiplient les déclarations à propos de possibles attaques chimiques qu'ils attribuent au régime de Bachar el-Assad. Et à Washington, on n'écarte pas le scénario de nouvelles frappes contre le pouvoir syrien.

    Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a évoqué ce vendredi la possible utilisation de gaz sarin en Syrie récemment. « Nous n'avons pas de preuve, nous les cherchons », a précisé Jim Mattis.

    D'autres responsables américains ont tenu des propos alarmants, sous couvert de l'anonymat, affirmant que le régime de Bachar el-Assad conservait une capacité de production de chlore et de gaz sarin et cherche à développer de nouvelles substances.

    De source américaine toujours, on n'écarte pas le scénario de nouvelles frappes contre le pouvoir syrien.

    En avril dernier, une attaque au gaz sarin a fait plus de 80 morts dans la province d'Idleb. Un bombardement que les Occidentaux attribuent à Bachar el-Assad et à son allié russe. Ce que Damas et Moscou démentent.

    Une attaque chimique immédiatement suivie d'une réponse militaire américaine, avec le tir de 59 missiles de croisière sur une base aérienne du régime.

    Le mois dernier à Paris, 24 pays se sont engagés à partager leurs informations concernant l'usage d'armes chimiques en Syrie et à établir des listes de personnes impliquées dans l'utilisation de ces substances interdites par les conventions internationales.

    Sitôt élu président de la République en mai 2017, Emmanuel Macron a en outre tracé ce qui s'apparente à une nouvelle « ligne rouge » concernant les armes chimiques, affirmant que leur usage en Syrie « ferait l'objet d'une riposte immédiate de la France ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.