GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Human Rights Watch accuse la sécurité kurde irakienne de «crime de guerre»

    media Des blindés près de Tal Afar, le 28 août 2017, la ville où les forces de sécurité kurdes irakiennes auraient exécuté des prisonniers lors des dernières batailles contre l’organisation EI. REUTERS/Thaier Al-Sudani

    Human Rights Watch (HRW) accuse les Kurdes irakiens d'avoir commis « un crime de guerre ». Selon le rapport publié ce vendredi par l'ONG, les forces de polices kurdes ont exécuté des centaines de prisonniers présumés membres de l’Etat islamique, à la fin de l'été 2017. Ils avaient été faits prisonniers par les forces de sécurité kurdes irakiennes lors des dernières batailles contre l’organisation de l'Etat islamique à Tal Afar, dans le nord de l'Irak. L’ONG a rassemblé plusieurs témoignages et demande au gouvernement kurde d'ouvrir une enquête. 

    Les massacres se sont déroulés entre le 28 août et le 3 septembre 2017. Selon Human Rights Watch, des centaines de détenus ont été méthodiquement assassinés par les forces de police kurdes.

    Belkis Wille a vu de ses yeux les fosses communes, elle raconte le mode opératoire. « Chaque nuit, ils ont pris un groupe de prisonniers, ils les ont amenés dans cette région où il n’y a qu'un seul petit village et là-bas, ils les ont tués », dit-elle.

    Si certains ont été tués par balle, d'autres ont été confinés dans des camions réfrigérés pendant plusieurs heures et seraient morts de froid ou d’asphyxie.  L'ONG dispose de photos et de témoignages collectés par un ex-soldat des forces de sécurité kurde.

    Mais pour Belkis Wille, l'appartenance des victimes à l'organisation de l'Etat islamique reste pour l'instant impossible à vérifier.

    « Beaucoup de familles m’ont dit que leur époux n’ont eu aucun lien avec Daesh, mais qu’ils ont été pris juste puisqu’ils étaient dans cette région. C’est très difficile de savoir si tous ont été liés avec le groupe Etat islamique ou pas », ajoute-t-elle.

    Human Rights Watch demande au gouvernement régional kurde d’ouvrir une enquête afin de connaître l'ampleur des exactions et de juger les responsables.  Interrogé par l'ONG, un officiel kurde a réfuté les accusations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.