GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bafta du meilleur acteur pour Gary Oldman («Les heures sombres»)
    • Mort du violoniste de jazz français Didier Lockwood à l'âge de 62 ans (communiqué)
    Moyen-Orient

    Syrie: deux jihadistes britanniques aux mains des combattants kurdes

    media Combattants kurdes des YPG, les Unités de protection du peuple kurde, hommes et femmes mélangés, Derik (Syrie), juin 2017 (photo d'illustration). DELIL SOULEIMAN / AFP

    Deux jihadistes britanniques du groupe Etat Islamique ont été capturés en Syrie par des combattants kurdes. Ils étaient membres d’une cellule d’exécution au sein de l’organisation responsable de nombreux actes de torture et décapitations.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Les deux hommes faisaient partie d’un groupe de quatre combattants, tous originaires de Londres que leurs prisonniers occidentaux avaient surnommés « les Beatles » à cause de leur accent britannique. Alexanda Kotey, 34 ans et El-Shafee el-Sheik, 29 ans étaient les deux derniers membres encore actifs d’une cellule qui a décapité au moins 27 otages parmi lesquels les journalistes américains James Foley et Steven Sotloff ainsi que les travailleurs humanitaires britanniques David Haines et Alan Henning.

    A la tête de ce quatuor responsable d’actes de torture particulièrement cruels, le Britannique Mohammed Emwazi, plus connu sous le nom de « Jihadi John » ; il a été tué en novembre 2015 par un drone lors d’une attaque à Raqqa. Le quatrième membre du groupe est détenu en Turquie.

    Le sort des deux hommes capturés est encore incertain : ils pourraient être jugés aux Etats-Unis ou bien être envoyés au centre de détention américain de Guantanamo Bay.

    Procès équitable

    Mais plusieurs voix s’élèvent déjà pour qu’ils bénéficient d’un procès équitable. S’exprimant à la BBC vendredi le journaliste français Nicolas Hénin, retenu en otage aux mains du groupe Etat islamique pendant dix mois, a estimé que toute tentative de priver ces hommes de leurs droits permettrait à l’organisation extrémiste de les faire passer pour des victimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.