GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Aujourd'hui
Samedi 24 Février
Dimanche 25 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Ghouta et attaque chimique: Macron évoque la situation syrienne avec Poutine

    media Le président français Emmanuel Macron (G) et le président russe Vladimir Poutine (D) se sont serré la main dans la cour du château de Versailles, le 29 mai 2017. REUTERS/Alexander Zemlianichenko/Pool

    Emmanuel Macron a appelé Vladimir Poutine ce 9 février pour lui demander de faire pression sur le régime syrien. Le chef d'Etat russe doit « mettre un terme à la dégradation insoutenable de la situation humanitaire » dans la Ghouta-orientale et à Idleb, a déclaré le président français. Depuis plusieurs semaines, les forces syriennes, auxquelles les Russes sont alliés, bombardent ces deux régions.

    Plus de 220 civils ont été tués dans la Ghouta-orientale en quatre jours de pilonnage intensif du régime syrien sur cette zone de la banlieue de Damas tenue par des rebelles.

    Emmanuel Macron parle de « dégradation insoutenable de la situation humanitaire ». Aucune aide humanitaire ne parvient en effet dans la Ghouta, assiégée depuis 2013. Par ailleurs, malgré les appels de l'ONU, la trêve se fait attendre.

    Dans un communiqué de l'Elysée, le président français dit aussi « sa préoccupation » quant à « l'emploi possible de chlore » contre les civils en Syrie. La France soupçonne Damas d'être derrière ces attaques mais n'a pas de preuves pour l'instant.

    «Riposte» en cas d'attaque chimique

    Emmanuel Macron avait affirmé en recevant Vladimir Poutine en France en mai dernier que toute utilisation d'armes chimiques donnerait lieu à une riposte. Visiblement, la ligne rouge n'a pas été franchie, ce qu'a confirmé la ministre de la Défense Florence Parly ce vendredi 9 février.

    Les présidents russes et français ont aussi parlé de la nécessité de faire avancer les négociations intersyriennes, sous l'égide des Nations unies, pour tenter d'aboutir à la paix. Plusieurs processus ont été entamés mais n'ont rien donné pour l'instant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.