GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Crash d'un F-16 israélien après des raids sur des «cibles iraniennes» en Syrie

    media Les débris d'un chasseur-bombardier F-16 israélien, visible non loin du village de Barduf, le 10 février 2018. REUTERS/Herzie Shapira

    Après une opération militaire menée en Syrie, un avion de combat F-16 israélien s'est écrasé en Israël et l'un des pilotes a été gravement blessé ce samedi, après avoir essuyé des tirs de la défense anti-aérienne syrienne. Tel-Aviv essaye désormais de calmer le jeu.

    Ce fut une matinée agitée pour les habitants de la Galilée en cette journée du shabbat, raconte notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. Des sirènes à 4 heures 25 ce samedi matin les ont invités à descendre dans les abris après qu’un drone iranien lancé depuis la région de Palmyre dans le centre de la Syrie a pénétré l’espace aérien israélien. Un hélicoptère de combat de type Apache l’intercepte et réussit à l’abattre.

    Aussitôt après, l'armée israélienne riposte en frappant ce qui est qualifié ici de « systèmes de contrôles iraniens » en Syrie. Et pour la première fois, un des appareils israéliens, un F-16, s'est écrasé, probablement touché par un missile tiré de Syrie. Les deux pilotes s'éjectent et sont récupérés. L'un d'eux est cependant dans un état grave. L'appareil s’écrase quant à lui dans le nord d'Israël sans faire de blessés.

    Cette attaque constitue une grave violation de la souveraineté de l’Etat hébreu, affirme un porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. L'Iran, ajoute-t-on en Israël, « entraîne la région vers une escalade de violence dont il paiera le prix ».

    « Nouvelle agression israélienne »

    Au total, l'aviation israélienne a frappé douze objectifs, y compris trois batteries de défense anti-aérienne et quatre cibles iraniennes non précisées, a affirmé l'armée dans un communiqué. C'est, en tout cas, la première fois que l'armée israélienne annonce ouvertement avoir visé des cibles iraniennes depuis le début en 2011 de la guerre chez le voisin syrien, a encore indiqué le porte-parole des militaires.

    De leurs côtés, les forces de défense aérienne syriennes ont indiqué avoir répondu à une « nouvelle agression israélienne », selon l'agence de presse officielle Sana.

    Le plus grave incident militaire depuis des décennies

    C'est probablement le plus grave incident depuis des décennies sur le front nord. Plusieurs heures après celui-ci, Israël cherche maintenant à calmer le jeu et à éviter une nouvelle escalade. Les Israéliens se sont adressés directement aux Russes pour tenter de ramener le calme. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a réuni à Tel-Aviv depuis ce matin les responsables de la sécurité pour envisager la suite des événements. Les ministres du cabinet de sécurité ont été priés de s'abstenir de tout commentaire public sur la situation. Ce qui certain cependant, c'est que, pour la première fois depuis très longtemps, la supériorité aérienne israélienne est remise en question.


    L'Iran accuse Israël de «mensonges»

    Avec notre correspondant à TéhéranSiavosh Ghazi

    Le porte-parole de la diplomatie iranienne a qualifié de « ridicules » les accusations israéliennes sur le survol du territoire israélien par un drone iranien venu de Syrie. « Pour couvrir ses crimes dans la région, Israël a recours à des mensonges contre les autres pays. La Syrie a le droit à la légitime défense face à Israël », a déclaré Bahram Ghassemi.

    L'Iran est l'ennemi juré d'Israël et soutient militairement le régime syrien de Bachar el-Assad. Bahram Ghassemi a ajouté que « l'Iran n'avait pas de présence militaire en Syrie et envoie sur place uniquement des conseillers militaires à la demande du gouvernement syrien ».

    C'est la première fois que l'armée israélienne dit ouvertement avoir visé des cibles « iraniennes » en Syrie, où Israël a effectué ces dernières années de nombreuses frappes contre l’armée syrienne ou le Hezbollah libanais soutenu par l’Iran.

    Dans un communiqué de leur commandement conjoint, les forces alliées du régime syrien -dont le Hezbollah libanais - ont également nié toute violation de l'espace aérien israélien par un drone. Selon le communiqué, les frappes israéliennes ont pris pour cible une « unité de drones » utilisée « pour la collecte d'informations dans la lutte contre les organisations terroristes, notamment le groupe Etat islamique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.