GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Israël: les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre
    Moyen-Orient

    Hydrocarbures: le Hezbollah se dit prêt à affronter Israël

    media Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah lors de son intervention devant ses partisans, le 16 février 2018 à Beyrouth. REUTERS/Aziz Taher

    Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé que son parti pouvait mettre hors d'usage en quelques heures les plateformes gazière offshore israéliennes à la demande des autorités libanaises. Cette menace intervient après le rejet par Beyrouth d'une proposition américaine pour régler un contentieux entre le Liban et Israël, qui se disputent la souveraineté sur une zone maritime riche en hydrocarbure.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Pour Hassan Nasrallah, le règlement des contentieux frontaliers terrestres et maritimes entre le Liban et Israël est du ressort de l'Etat, et le Hezbollah ne s'en mêle pas. Mais il a conseillé au gouvernement libanais de négocier à partir d'une position de force, que lui confère la présence de la « Résistance », a-t-il dit. Le chef du Hezbollah a ajouté que son parti est capable de mettre hors service les installations gazières maritimes israéliennes en quelques heures, si les autorités libanaises le lui demandaient.

    Dans ce contexte, Hassan Nasrallah a rejeté la médiation entreprise par les Etats-Unis pour tenter de régler le contentieux libano-israélien autour du bloc 9 de la zone économique exclusive du Liban. Israël affirme qu'une partie de cette zone se trouve dans son territoire, une revendication catégoriquement rejetée par Beyrouth.

    Quelques heures plus tôt, le président du Parlement, Nabih Berry, avait rejeté une offre soumise par le secrétaire d'Etat adjoint américain par intérim pour les Affaires du Moyen-Orient, pour régler le litige frontalier. David Satterfield, qui se trouve à Beyrouth depuis plusieurs jours, a proposé au Liban d'exploiter les deux tiers du bloc 9, le dernier tiers revenant à Israël.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.