GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Moyen-Orient

    Plus de 1700 Philippins quittent le Koweït après le meurtre d'une domestique

    media Des travailleuses philippines à leur arrivée à l'aéroport international de Manille, le 18 février 2018. NOEL CELIS / AFP

    Plus de 1 700 personnes, en majorité des employées de maison philippines, ont quitté ces derniers jours le Koweït et sont rentrées au pays. Ce programme de rapatriement gratuit a été mis en place par le gouvernement de Rodrigo Duterte après le meurtre d'une domestique. Un meurtre qui a entrainé une crise diplomatique entre le Koweït et Manille, qui a décidé une interdiction totale pour les Philippins de signer de nouveaux contrats de domestiques dans le petit Etat du Golfe.

    Le meurtre de Joanna Demafelis, dont le corps a été retrouvé début février dans un congélateur au Koweït, a créé un électrochoc aux Philippines. Son décès a jeté une lumière crue sur le sort de nombreuses domestiques qui se retrouvent à la merci de leur employeur, parfois victimes de mauvais traitements, séquestrées, exploitées ou affamées.

    L'affaire a fait grand bruit dans l'archipel, où le président Duterte a interdit à ses compatriotes de travailler dans l'Emirat. Et, de fait, les domestiques philippines ne sont pas protégées par le droit du travail koweitien.

    Le ministère des Affaires étrangères philippins estime qu'entre 3% et 5% des Philippins travaillant au Koweït sont victimes d'abus, ce qui signifie que plusieurs milliers de personnes seraient concernées.

    Témoignages de sévices

    Au total plus de 250 000 Philippins travaillent dans l'émirat, en majorité des domestiques. Depuis que Manille a mis en place le programme de rapatriement plus de 1 700 personnes, en majorité des employées de maison, ont choisi de rentrer.

    Un grand nombre d'entre elles ont raconté les sévices infligés par leurs employeurs. Mais poussées par la pauvreté et la nécessité de subvenir aux besoins de leur famille, la plupart ont déclaré vouloir retenter leur chance à l'étranger.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.