GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    ONU: la Russie s'oppose à un cessez-le-feu humanitaire en Syrie

    media L'ambassadeur russe au Conseil de sécurité de l'ONU Vassily Nebenzia lors de la réunion sur la Syrie, le 22 février 2018. REUTERS/Brendan McDermid

    L'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, a annoncé jeudi 22 février qu'il n'y avait « pas d'accord » entre les 15 membres du Conseil de sécurité pour imposer un cessez-le-feu humanitaire de 30 jours en Syrie, négocié depuis plus deux semaines. La Suède et le Koweït espèrent une mise au vote ce vendredi 23 février.  Le projet de résolution vise à alléger le siège mené par le régime syrien sur la Ghouta orientale et organiser des évacuations sanitaires.

    L’objectif d’un cessez-le-feu humanitaire en Syrie a du plomb dans l’aile. L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia a annoncé qu’il n’y avait pas d’accord entre les 15 pays membres du Conseil de sécurité. Le diplomate, lors d'une réunion de discussions convoquée par Moscou, a dénoncé « les discours catastrophiques » déjà utilisés pour Alep fin 2016. Selon lui, ils ne correspondent pas à la situation sur le terrain.

    Son homologue suédois, Olof Skoog, a indiqué à l'issue de la réunion que les discussions allaient se poursuivre et précisé espérer une mise au vote vendredi sur un projet de résolution rédigé par son pays et le Koweït, prévoyant un mois de cessez-le-feu.

    Les Etats-Unis et la France se sont élevés contre la position de la Russie qui soutient Damas, en critiquant comme l'a fait l'ambassadeur français François Delattre « les attaques contre les hôpitaux » et une « situation insoutenable » pour les civils.

    Non seulement la situation en Syrie est revenue aux heures les plus sombres de la tragédie syrienne, mais si nous ne sommes pas en mesure de réagir fortement et sans délai, ne nous y trompons pas, le pire est devant nous. Le pire, c'est l'aggravation sans fin de la catastrophe humanitaire qui broie les civils et, avec eux, toute trace d'humanité et toutes les valeurs qui fondent les Nations unies. Une offensive terrestre générale contre la Ghouta orientale pourrait bien en être la prochaine et macabre étape. Le pire, c'est aussi l'élargissement du conflit. Les ingrédients pour une confrontation régionale voire internationale potentiellement majeure sont réunis aujourd'hui. Ce risque doit être pris très au sérieux. Alors au nom de nos valeurs, comme de nos intérêts partagés, j'appelle chacun des membres du Conseil de sécurité au sursaut et au rassemblement. Nous le devons aux civils qui meurent par centaines dans l'enfer de la Ghouta orientale; nous le devons à la crédibilité de l'ONU, qui est notre bien commun. Prenons garde que la tragédie syrienne ne soit pas aussi le tombeau des Nations unies.
    François Delattre, ambassadeur de la France à l'ONU 23/02/2018 - par Marie Bourreau Écouter

    Ce cessez-le-feu a été demandé il y a déjà plus de 15 jours, le 6 février, par les organisations de l'ONU sur le terrain, afin de venir en aide aux 400 000 personnes vivant dans le fief rebelle de la Ghouta orientale. Pour éviter un veto russe lors d'un vote, les négociateurs avaient accepté il y a une semaine d'exclure du cessez-le-feu les combats contre les groupes jihadistes comme l'organisation Etat islamique ou Al-Qaïda.

    Ce jeudi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné que son pays était prêt à un cessez-le-feu sous condition que les exclusions concernent aussi « les groupes coopérant » avec les organisations jihadistes et « attaquant des quartiers résidentiels » de la banlieue de la capitale syrienne. Le régime syrien et Moscou estiment que ce que l'Occident considère être des rebelles au pouvoir de Bachar al-Assad sont en fait des « groupes terroristes ».

    TEMOIGNAGE
    Les bombardements du régime syrien s’intensifient. Ici, nous sommes dans des quartiers d’habitations et pourtant toutes sortes d’armements sont utilisés contre nous.
    En Ghouta orientale, les bombardements du régime continuent 23/02/2018 - par Sami Boukhelifa Écouter

    (Avec agences)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.