GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Trêve en Syrie: le vote reporté à l'ONU pour éviter un veto de la Russie

    media L'ambassadeur russe à l'ONU Vasily Nebenzia discute avec son homologue syrien Bachar Jaafari le 23 février 2018. REUTERS/Brendan McDermid

    Un vote du Conseil de sécurité sur un texte réclamant un cessez-le-feu humanitaire immédiat en Syrie, initialement envisagé vendredi, se tiendra finalement samedi à 17H00 TU, les discussions se poursuivant, ont indiqué des diplomates. Un accord avec la Russie, principal soutien du régime de Bachar al-Assad, semble tout proche.

    Les diplomates veulent aboutir à un vote aujourd’hui, coûte que coûte, même au prix d’un veto russe, rapporte notre correspondante à Moscou, Marie Bourreau. Moscou continue pourtant de s’opposer sur un point de langage mais qui est clé puisqu’il concerne le démarrage de la trêve.

    Jusqu’à présent, le texte spécifiait qu’elle devait débuter dans les 72 heures suivant le vote. Mais le Kremlin ne veut plus entendre parler de délai afin de protéger son allié syrien qui mène une offensive de grande envergure sur la Ghouta Orientale et qui veut aboutir à une victoire militaire complète. Les diplomates ont donc accepté de revoir à la baisse le texte qui assure dans sa dernière version que la trêve doit démarrer sans délai. Une formulation qui laisse libre cours à l’interprétation...

    « L’heure de vérité »

    La frustration est évidemment très grande dans les travées onusiennes. Ce sera « l’heure de vérité » selon un diplomate, qui estime que les Russes vont devoir dévoiler leurs cartes et montrer s’ils étaient sérieux dans les négociations ou si elles n’étaient que le fruit d’une stratégie cynique pour faire gagner du temps sur le terrain au régime de Damas.

    Lorsqu'un texte est finalisé, la pratique à l'ONU est d'attendre au moins le lendemain pour pouvoir organiser un vote à son sujet.

    Vendredi, Moscou avait aussi réclamé des « garanties » sur le respect d'un cessez-le-feu par les groupes rebelles, notamment ceux dans la Ghouta orientale, cette enclave de la banlieue de Damas où 400 000 civils sont otages des feux croisés des belligérants.

    La situation dans la Ghouta orientale est vraiment catastrophique actuellement. Plus de 450 personnes sont mortes, il y en a des centaines, près de 1000 qui sont blessées, il n'y a pas d'électricité, pas d'eau, les gens n'ont pas de nourriture et ils vivent dans une angoisse, dans une situation qui est très très dure.
    Panos Moumtzis, coordinateur humanitaire des Nations unies pour la Syrie 24/02/2018 - par Marie Normand Écouter

    Le Conseil de sécurité veut éviter un veto de la Russie

    Les discussions à l'ONU sur un cessez-le-feu durent depuis le 9 février avec l'objectif principal d'éviter un veto de la Russie, premier soutien du régime syrien. Vendredi, à 17h TU, le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur du Koweït, Mansour Al-Otaibi, flanqué des neuf autres membres non-permanents de la plus haute instance de l'ONU, avait annoncé aux médias que cette dernière était « très proche d'une adoption » de la résolution.

    Parallèlement, l’Elysée a annoncé que le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont adressé un courrier commun au président russe Vladimir Poutine pour lui demander d'approuver la résolution.

    Les discussions continuent

    A 22h TU, Mansour Al-Otaibi, en annonçant une mise au vote finalement samedi à 17h TU, a déclaré : « On est tellement près » du but. Mais « nous continuons de discuter ».

    Selon un diplomate, la discussion principale se tient entre la Russie d'un côté, avec de l'autre le Koweït et la Suède, les deux co-signataires du texte initial, déjà amendé à de multiples reprises. La France joue les intermédiaires, a-t-on précisé de source diplomatique.

    (Avec agences)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.