GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    [Témoignage] Syrie: la vie sous terre des habitants de la Ghouta orientale

    media (Photo d'illustration) De la fumée s'échappe d'un quartier d'Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale, après un bombardement le 21 février 2018. REUTERS/Bassam Khabieh

    Alors qu'un cessez-le-feu a été voté au Conseil de sécurité de l'ONU ce samedi 24 février, la situation reste extrêmement précaire dans la Ghouta orientale. Les civils ont vécu une septième journée consécutive de bombardements intensifs, faisant au moins 41 morts, dont 8 enfants. RFI est parvenue à recueillir le témoignage d'un habitant de cette région dévastée par les affrontements entre le régime syrien, son allié russe et les groupes rebelles.

    Après sept jours de bombardements ininterrompus, les civils tentent de s'abriter comme ils peuvent dans la Ghouta orientale. Certains sont dans des caves, d’autres dans des abris de fortune, des tunnels creusés sous terre pour tenter d’échapper aux puissantes frappes aériennes menées par les aviations syrienne et russe.

    « La situation est catastrophique. La population est terrorisée. Les gens sont cachés dans des tunnels ou des abris de fortune. En surface, les rues de toutes les villes et de toutes les localités de la Ghouta sont désertes. Les gens n’osent même plus sortir », témoigne Oussama al-Amri, militant de l’opposition dans la Ghouta orientale joint par RFI avant l'annonce du cessez-le-feu ce samedi.

    Pour lui comme pour de nombreux civils, la journée de samedi a été la même que toutes celles de la semaine. « Les aviations syrienne et russe continuent de bombarder une population sans défense. Toutes les villes de la Ghouta sont ciblées par les raids aériens, mais Douma est la plus durement touchée. C’est là où les bombardements ont fait le plus de victimes. Des quartiers résidentiels sont détruits par les frappes », rapporte cet habitant.

    Les bombardements continuent

    Au moins 41 civils dont huit enfants sont morts samedi, après des frappes nocturnes qui ont provoqué des incendies dans des quartiers résidentiels, a précisé l'ONG. En sept jours de bombardements, 519 civils ont été tués, dont 127 enfants, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

    Malgré le cessez-le-feu voté samedi soir, la situation est loin de s'améliorer sur le terrain. D'ailleurs les raids du régime se poursuivaient ce dimanche, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) qui précise que « Les raids ont repris dimanche matin, avec deux frappes contre le secteur de Chifouniya, à la périphérie de Douma », la grande ville de la Ghouta orientale. L'ONG basée à Londres et qui recueille nombre d'informations sur place affirme également que l'aviation russe participait aux raids, ce que Moscou a démenti.

    La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU « appelle à la levée immédiate des sièges de zones habitées dont la Ghouta orientale, Yarmouk, Foua et Kefraya », mais des exclusions au cessez-le-feu sont prévues pour les combats contre divers groupes jihadistes. Elles peuvent donner lieu à des interprétations contradictoires, Damas qualifiant de « terroristes » les rebelles soutenus par l'Occident, ont noté des observateurs. Le respect du cessez-le-feu risque par conséquent d'être aléatoire.

    Réunion entre Macron, Merkel et Poutine

    Tôt dimanche, l'Elysée a annoncé que le président Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel s'entretiendront dans la journée avec le président russe Vladimir Poutine de l'application de la trêve, prévenant qu'ils seront « extrêmement vigilants sur sa mise en oeuvre concrète ». Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian se rendra à Moscou mardi pour aborder le sujet, selon l'Elysée.

    Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a pour sa part demandé que le cessez-le-feu soit appliqué « immédiatement ». Le Conseil a prévu de se réunir à nouveau sur ce sujet dans quinze jours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.