GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: une deuxième femme accuse le juge Kavanaugh d'inconduite sexuelle (New Yorker)
    Moyen-Orient

    Syrie: Poutine ordonne une trêve humanitaire 5h par jour dans la Ghouta orientale

    media Le président russe Vladimir Poutine a ordonné une trêve humanitiare de 5h par jour en Syrie, le 26 février 2018.. REUTERS/Yuri Kadobnov

    Une trêve humanitaire de cinq heures par jour a été annoncée par Vladimir Poutine en Syrie. Cette trêve quotidienne débutera ce mardi 27 février au matin et elle devrait donner un court répit aux habitants de la Ghouta orientale. Le président russe a donc, semble-t-il, décidé de mettre en application au moins partiellement la résolution adoptée samedi soir par le Conseil de sécurité de l’ONU.

    Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

    L’annonce a été faite par le ministre de la Défense : « sur ordre de Vladimir Poutine et pour éviter les pertes civiles » ce sont les termes utilisés par Sergueï Choïgou, « une trêve quotidienne sera observée entre 9h et 14h heures locales ». Autre annonce : l’instauration d’un corridor humanitaire pour l’évacuation des civils.

    L’annonce de cette trêve était inattendue et elle devrait offrir aux habitants de la Ghouta un répit de quelques heures tous les matins. C’est un point positif, mais cela ne veut pas dire pour autant que le pilonnage exercé par l’armée syrienne cessera le reste du temps.

    Par ailleurs, le corridor humanitaire évoqué par Moscou n’aura pas pour fonction l’acheminement de l’aide humanitaire dont la population a cruellement besoin, mais l’évacuation des civils.

    Des dispositions que les groupes rebelles refusent catégoriquement, car la mise en place de ces corridors d’évacuation leur rappelle la bataille d’Alep-Est, et la reprise de la deuxième ville du pays en décembre 2016, par le régime syrien.

    →(Re)lire : Syrie: la Ghouta orientale de nouveau sous les bombes après une brève accalmie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.