GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Ottawa réclame le retour de la veuve du professeur irano-canadien mort en prison

    media La femme du professeur de sociologie et écologiste éminant Kavous Seyed Emami, (ici à Ammameh en Iran), est bloquée à Téhéran. Representative of Seyed-Emami Family/Handout via REUTERS

    Une fois encore, le Canada réclame à l’Iran le retour d’une citoyenne qui a la double citoyenneté. Contrairement à ses fils de 34 et 36 ans, Maryam Mombeini n’a pas pu prendre l’avion qui la ramenait en sol canadien le 8 mars. Les autorités lui ont saisi son passeport et l'on empêchée de prendre son vol. Son mari Kavous Seyed Emami, arrêté en janvier et accusé d’espionnage par les autorités iraniennes, est mort en prison le 9 février. Depuis plusieurs années, cet environnementaliste notoire essayait de protéger les derniers guépards d’Asie.

    Avec notre correspondante à Québec,  Pascale Guéricolas

    Tout juste arrivé à Vancouver avec son frère, sur la Côte ouest-canadienne, le fils de Maryam Mombeini, a multiplié les entrevues avec des médias américains et canadiens pour ramener leur mère irano-canadienne.

    Ramin Seyed Emami, alias le chanteur King Raam, ne veut plus revenir en Iran, après y avoir fait carrière quelques années. Son père, Kavous Seyed-Emami, professeur de sociologie à Téhéran, a été accusé d’espionnage au profit des intérêts américains et israéliens. Arrêté en janvier dernier, il se serait « suicidé » en prison selon les autorités iraniennes, ce que conteste sa famille.

    L’universitaire a vécu les derniers jours de sa vie dans la prison d’Evin à Téhéran. La même dans laquelle a été tuée la photographe irano-canadienne Zara Kazemi, en 2003, et celle où la professeure en anthropologie de Montréal, Homa Hoodfar, a été emprisonnée près de trois mois.

    Le ministère canadien des Affaires étrangères dit faire tous les efforts possibles pour ramener Maryam Mombeini même si le Canada n’a pas de représentation diplomatique en Iran.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.