GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Royaume-Uni: Theresa May remporte le vote de défiance, 200 députés ont exprimé leur soutien et 117 ont voté contre (officiel)
    Moyen-Orient

    Israël: la crise politique avec les ultra-orthodoxes n’est pas finie

    media Le Premier ministre Benyamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire de son cabinet, à Jérusalem, le 11 mars 2018. Oded Balilty / REUTERS / Pool

    L'avenir du gouvernement israélien demeure incertain, car l'exécutif traverse une crise sur la question du service militaire des ultra-orthodoxes. Dimanche 11 mars, un des partis religieux avait rejeté le compromis proposé et la perspective d'élections anticipées semblait se dessiner. Mais ce lundi 12, un comité gouvernemental a adopté une proposition de loi débattue ces derniers jours. Pour autant, la crise politique n'est pas terminée.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Le texte doit désormais être approuvé par la Knesset, le parlement israélien, et l'attitude d'un des partis de la coalition durant ce débat est toujours incertaine.

    Le compromis trouvé par le Premier ministre avec les partis religieux porte sur l'approbation d'une proposition de loi prolongeant l'exemption de service militaire dont bénéficient la majorité des étudiants des écoles talmudiques. Mais il fixe également des objectifs de conscription d'ultra-orthodoxes. Selon l'accord, le texte doit être adopté en première lecture cette semaine et son approbation finale, prévue pour les prochains mois, serait soumise à l'accord du procureur général et du ministre de la Défense.

    La coalition pourrait en sortir fragilisée

    Mais les deux hommes ont exprimé leurs réserves sur le sujet. Le procureur général réclame des amendements et le ministre de la Défense exige que le texte soit validé par le comité qu'il a formé au sein de son ministère sur cette question.

    Sans le soutien de son parti, la coalition n'aurait alors plus qu'une voix de majorité à la Knesset. Ce compromis reste donc très fragile. Mais son adoption en première lecture permettrait à l'exécutif de reporter les débats de quelques semaines... et ainsi de gagner du temps.

    Un premier débat en assemblée plénière autour de ce texte devrait avoir lieu dès lundi 12 mars après-midi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.