GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Afghanistan: James Mattis croit à une «réconciliation politique»

    media James Mattis arrive à Kaboul, le 13 mars 2018. Reuters

    Le secrétaire d'Etat à la Défense, James Mattis, a décidé de se rendre en Afghanistan. Une visite surprise, deux semaines après l'offre de paix du président afghan Ashraf Ghani aux talibans. Depuis Kaboul, James Mattis assure que certains chefs talibans sont prêts à saisir cette main tendue. 

    De notre correspondante à Kaboul,

    Les hélicoptères militaires étaient plus nombreux que d'habitude, ce mardi 13 mars au dessus de Kaboul, signe de la visite d'une personnalité importante. En effet, au bord de l'un deux, James Mattis, le secrétaire à la Défense américain a fait savoir aux journalistes qui l'accompagnaient que si les insurgés talibans ne parlaient pas forcément d'une même voix, certains chefs « avaient clairement fait part de leurs intérêts dans des discussions avec les autorités afghanes ».

    Il y a quatorze jours, le président afghan, Ashraf Ghani, avait invité les talibans à la table des négociations, promettant en retour de les reconnaître comme parti politique. Les insurgés n’ont pas répondu jusqu’à ce jour, déclarant cependant le gouvernement afghan illégitime. Quelques jours avant, le président s’était adressé aux Etats-Unis, dans une lettre ouverte au Congrès et au peuple américain, se disant prêt à des discussions.

    James Mattis a affirmé aujourd’hui que la victoire en Afghanistan sera une réconciliation politique et non pas militaire. Sur le terrain, les combats continuent. Il y a vingt-quatre heures, le district d'Anâr Darreh, dans la province de Farâh, près de la frontière avec l’Iran, est bombé aux mains des insurgés qui contrôlent plus de 40 % du territoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.