GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Aucune explication n'a été avancée pour motiver cette révision du bilan, précise l'AFP. Le maire de la ville, Roland Ries, avait fait état d'un bilan plus lourd de quatre morts dans le courant de la nuit avant que le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'avance un bilan de trois morts lors d'une conférence de presse à 02H00 du matin. Bilan revu à la baisse par la préfecture en milieu de matinée (2 morts) puis une nouvelle fois corrigé.

    Moyen-Orient

    Israël: la Cour suprême suspend le plan d'expulsion de migrants africains

    media Des migrants africains, devant le centre de rétention de Holot, en Israël, le 13 mars 2018. REUTERS/Amir Cohen

    La Cour suprême israélienne a suspendu provisoirement, ce jeudi 15 mars, un plan gouvernemental prévoyant l'expulsion prochaine de milliers de migrants africains entrés illégalement dans le pays.

    Avec notre correspondant à JérusalemMichel Paul

    Il s'agit d'une suspension provisoire du programme d'expulsion. La Cour suprême israélienne, saisie par plusieurs organisations de défense des migrants, donne à l'Etat jusqu'au 26 mars prochain pour détailler les arguments légaux sur lesquels repose ce plan.

    Israël se préparait à expulser plus de 38 000 Erythréens et Soudanais entrés illégalement dans le pays et qui n'ont pas de demande d'asile en cours d'instruction. Les candidats à l'expulsion devront choisir : partir d'ici au 1er avril soit pour leur pays d'origine soit pour un pays tiers avec un pécule de 2 900 euros, ou alors être incarcérés en Israël sans limites de temps.

    Les juges demandent notamment plus de détails sur les accords passés avec les pays tiers, des accords qui n'ont pas été rendus publics par Israël. Un des magistrats a fait remarquer que le Rwanda et l'Ouganda avaient notamment démenti être signataires de tels accords avec Israël. Sept demandeurs d'asile érythréens visés par les procédures d'expulsion ont déjà été emprisonnés le mois dernier après avoir refusé de quitter le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.