GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: près de 250000 personnes déplacées par les combats ces derniers jours

    media Des familles fuient à bord d'un camion, emportant ce qu'elles peuvent, dans le nord-est d'Afrin, le 15 mars 2018. REUTERS/Khalil Ashawi

    Deux fronts dans un pays en guerre depuis plus de 7 ans et les mêmes conséquences : des milliers de civils tués ou contraints de fuir les combats, quand ils peuvent se déplacer. Au nord, à Afrin, depuis mercredi 14 mars, plus de 200 000 civils ont quitté l'enclave kurde bombardée par la Turquie et au Sud, dans la Ghouta orientale, 40 000 personnes ont été exfiltrées par le régime de Bachar el-Assad.

    La télévision d'Etat syrienne montre des images de civils arrivant en colonne, dans les faubourgs de Damas. Des hommes, des femmes et des enfants, portant un simple baluchon, certains malades ou blessés. Ils fuient la Ghouta orientale où les bombardements du régime ont redoublé d'intensité depuis un mois.

    Bachar el-Assad veut en finir avec les rebelles qui tiennent l'enclave depuis 5 ans. Mais cela se fait au détriment des civils, qui meurent sous les bombes ou qui sont affamés. Depuis quelques jours seulement, ils réussissent à fuir.

    Afrin encerclée, un hôpital bombardé

    Sur un autre front, au nord de la Syrie, c'est aussi l'exode. Des milliers de Kurdes quittent la ville d'Afrin, encerclée par les Turcs et leurs alliés, des rebelles syriens. Ankara a lancé une opération militaire il y a près de deux mois contre les combattants kurdes de la région, considérés comme des terroristes, mais qui sont pourtant des alliés des Etats-Unis ou de la France dans la lutte contre l'organisation Etat islamique. Là aussi, des civils meurent.

    Selon plusieurs sources, l'aviation turque a visé le principal hôpital d'Afrin vendredi soir, faisant au moins 16 morts selon le dernier bilan. Un bombardement démenti par l'armée turque. Et samedi matin, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), un nouveau raid de l'aviation turque a tué 11 civils, qui tentaient justement de fuir Afrin à bord d’un tracteur.

    → A (re) lire : Sept ans de guerre en Syrie, et aucune éclaircie à l'horizon

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.