GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Erdogan somme les Etats-Unis de «respecter» la Turquie

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une cérémonie marquant le 103e anniversaire de la bataille de Canakkale, le 18 mars 2018. Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace/Handout via REUTERS

    Le département d'Etat américain a exprimé lundi 19 mars sa « profonde préoccupation » quant au sort des civils à Afrin, un bastion en Syrie de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) pris par les forces d'Ankara dimanche dernier. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement rejeté mardi les critiques de Washington en sommant les Etats-Unis de « respecter » la Turquie lors d'un discours à Ankara.

    Rarement le président turc aura eu des mots aussi directs et violents à l'endroit de son allié et de son partenaire au sein de l'Otan. « D'un côté, vous dites que la Turquie est votre partenaire stratégique et, de l'autre, vous collaborez avec les terroristes », a-t-il lancé. Bien plus, il accuse les Etats-Unis d'avoir voulu les flouer.

    Il s'explique : « Nous avons voulu vous acheter des armes, vous n'avez pas voulu. Mais vous avez donné des armes et des munitions gratuitement aux terroristes. Quel genre de partenariat est-ce là ? » Pour le président turc, le YPG, les combattants kurdes du nord de la Syrie, sont des terroristes, parce que liés au Parti des travailleurs du Kurdistan turc.

    Pour les Etats-Unis au contraire, le YPG est un allié précieux. Ce sont ses combattants qui ont bouté hors de la région les jihadistes du groupe Etat Islamique. Et les relations entre Ankara et Washington risquent de se détériorer encore plus. Le président turc a annoncé lundi qu'il comptait élargir l'opération contre les combattants du YPG à d’autres villes du nord de la Syrie, dont Manbij, où des centaines de militaires américains sont déployés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.