GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Israël: les propos polémiques de Benyamin Netanyahu sur les migrants africains

    media Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, lors d'une conférence sur le développement régional à Dimona, dans le sud d'Israël, le 20 mars 2018. REUTERS/Ronen Zvulun

    Le Premier ministre israélien provoque l’indignation avec de nouveaux propos sur les migrants en provenance du continent africain. « Les migrants africains sont pires que la menace jihadiste », a-t-il affirmé mardi 20 mars lors d’une conférence consacrée au développement du sud du pays.

    C’est en voulant défendre la barrière électronique construite le long de la frontière avec l’Egypte que le Premier ministre Benyamin Netanyahu a tenu ses propos déplacés.

    « Sans cette barrière, nous serions confrontés à de graves attaques de terroristes du Sinaï, et pire, à une arrivée massive de migrants africains illégaux », a-t-il déclaré.

    Selon le ministère de l'Intérieur, 42 000 migrants africains vivent en Israël, principalement originaires du Soudan et d'Érythrée. Arrivés en majorité après 2007, ils se sont infiltrés à partir du Sinaï égyptien.

    Ce n’est pas la première fois que Netanyahu tient des propos outrageux envers les migrants africains, allant jusqu’à affirmer qu’ils menacent l’identité d’Israël. « Nous parlons d'un Etat juif et démocratique, mais comment assurer qu'il reste juif avec 50 000 ou 100 000 migrants par an ? », a interpellé le Premier ministre israélien.

    Un plan controversé du gouvernement prévoit d’ailleurs l'expulsion prochaine de milliers de migrants africains entrés illégalement dans le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.