GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    [Reportage] Présidentielle en Egypte: les Egyptiens votent sous haute protection

    media À l'intérieur d'un bureau de vote dans la capitale égyptienne. RFI / Nicolas Falez

    Les bureaux de vote ont ouvert ce lundi 26 mars à 9h (7h TU) en Egypte pour un scrutin présidentiel qui devrait reconduire Abdel Fattah al-Sissi pour un nouveau mandat de quatre ans. Les quelques 60 millions d'électeurs du pays le plus peuplé du monde arabe ont jusqu'à mercredi pour se prononcer entre le président sortant et son unique adversaire, Moussa Mostafa Moussa, un politicien méconnu et soutien notoire du président. Reportage dans un bureau de vote du vieux Caire.

    avec notre envoyé spécial au Caire, Nicolas Falez

    C’est ici, dans les ruelles commerçantes du quartier de Gamalia dans le vieux Caire que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a passé les 20 premières années de sa vie. Devant le bureau de vote se dresse une tente aux couleurs du drapeau égyptien : rouge, blanc et noir.

    Tôt ce lundi matin, des habitants du quartier – en majorité des femmes – patientaient sous cette tente, en attendant l’ouverture officielle du scrutin. Ici, tout le monde affiche son soutien au président sortant. Pas d’affiches de son rival Moussa Mostafa Moussa.

    Des électeurs pro-Sissi

    De la part de ces électeurs du Caire on n’entend que des propos élogieux concernant le bilan d'Abdel Fattah al-Sissi, qu’il s’agisse d’économie ou de sécurité.

    « Moi si je regarde les pays de ce qu'on appelle les printemps arabes, aujourd'hui je vois de l'instabilité, des populations éparpillées, des armées détruites. Mais si je regarde mon pays, ma patrie l'Egypte, je vois mon armée dans les 10 premières armées du monde, je vois des projets de développement, des projets industriels et de services, je vois plus de 7 000 kilomètres de routes, je vois que les jeunes ont des opportunités qu'ils n'avaient pas auparavant. C'est pour ça que  je soutiens le candidat Abd Elfattah al Sissi ! » lance un Egyptien engagé dans la campagne pour la réélection du président sortant.

    Partisans d'Abdel Fattah al-Sissi sillonnant le centre du Caire le 26 mars au premier jour de l'élection présidentielle. RFI / Nicolas Falez

    A l’intérieur du bureau de vote, les électeurs prennent un unique bulletin sur lequel ils choisissent l’un des deux candidats, identifiés par leurs noms et par des symboles destinés à ceux qui ne savent pas lire. Une étoile pour Abdel Fattah al-Sissi, la silhouette d’un avion pour Moussa Mostafa Moussa.

    Autre électeur, Hassan, 64 ans, soit presque le même âge que le candidat al-Sissi pour lequel il va voter avec conviction.  « Je vais vous dire quelque chose, nous confie Hassan, Sissi est égyptien ! Peu importe qu'il soit de telle ou telle région d'Egypte, de la campagne ou bien de Haute-Egypte… si on le trouve bien, on le soutient… ».

    Un bureau de vote à l'ouverture le 26 mars dans le vieux Caire. RFI / Nicolas Falez

    Un soutien qui s’exprime parfois sur des tee-shirts de la campagne d’Abdel Fattah al-Sissi. Certains électeurs sont venus avec des drapeaux égyptiens. Amal, elle, porte les couleurs rouge, blanche et noire de l’Egypte sur son foulard. « C'est le drapeau de l'Egypte car c'est le jour de l'élection de notre président… Nous l'aimons tous et nous sommes contents de lui parce que c'est un bon président. Il a redressé le pays qui était ruiné ! »

    Aucun des Egyptiens que nous avons rencontré ne nous a dit avoir voté pour Moussa Mostafa Moussa, l’autre candidat à cette éléction présidentielle. Dans ce bureau de vote, tous sont ressortis avec de l’encre violette sur un doigt ce qui indique qu’ils ont glissé leur bulletin dans l’urne. La police et l’armée égyptienne sont très présentes dans le quartier et autour du bureau de vote. Elles seront ainsi déployées jusqu’à mercredi, puisque le scrutin va durer trois jours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.