GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Guerre au Yémen: l'ONU récolte 2 milliards de dollars d'aides d'urgence

    media Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, le 3 avril 2018 à Genève, en Suisse, pour une conférence des donateurs sur le Yémen. REUTERS/Pierre Albouy

    Après trois ans de conflit, et 10 000 morts, le Yémen traverse actuellement « la pire crise humanitaire dans le monde », selon les Nations unies. Deux millions de déplacés manquent de tout. Pour venir en aide aux 13 millions de Yéménites qui survivent difficilement dans leur pays, l'ONU a organisé mardi 3 avril 2018 à Genève une conférence de donateurs, et a recueilli plus de 2 milliards de dollars.

    Les résultats de la conférence du 3 avril sur le Yémen sont encourageants, selon le secrétaire général de l'ONU. « Les promesses annoncées représentent plus de 2 milliards de dollars, et si vous comparez avec le milliard de dollars récolté l'an dernier, nous avons pratiquement doublé les dons », relate M. Guterres.

    Les Nations unies réclamaient 3 milliards de dollars d'aide d'urgence. « Mais lors de la conférence des donateurs de l'an dernier, nous avions récolté 1 milliard et finalement, nous avons eu plus de dons que prévu : 1,7 milliard de dollars car les donateurs ont été plus généreux », précise le secrétaire général.

    Ces déplacés sont originaires de Moka au nord d'Aden (mars 2018). RFI/Murielle Paradon et Boris Vichith

    « Les ressources humanitaires ne sont pas suffisantes »

    Antonio Guterres qualifie la situation au Yémen de « pire crise humanitaire dans le monde ». D'où cet appel : « Aussi importantes soient-elles, les ressources humanitaires ne sont pas suffisantes. Nous avons besoin de toutes les parties impliquées dans ce conflit pour faire respecter le droit international humanitaire. »

    Et l'ancien numéro un du HCR d'appeler à « un processus politique sérieux pour aboutir à une solution politique » dans ce pays. « Les crises humanitaires ne se sont jamais résolues uniquement par des réponses humanitaires. Les solutions ont toujours été politiques et au Yémen, c'est ce dont nous avons besoin. »

    « On n’a pas d’autre solution que de faire ce qu’on peut »

    Tout juste rentré de deux années passées au Yémen comme chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Alexandre Faite participait à la conférence de Genève. En attendant un règlement politique du conflit, les besoins sont très importants, « énormes », nous fait-il remarquer. Et la situation se dégrade encore.

    « Le fait qu’il faille un règlement politique, c’est absolument évident », mais « en attendant ce règlement politique, ma foi, on n’a pas d’autre solution que de faire ce qu’on peut, avec l’aide humanitaire, et en espérant le meilleur respect possible du droit international humanitaire. »

    « On meurt au Yémen faute de pouvoir soigner les maladies »

    « Sur les deux années où j’ai été là-bas, j’ai vraiment vu que la situation du pays devenait de plus en plus mauvaise, continue M. Faite. Au Yémen, les effets directs du conflit, des hostilités, sont déjà relativement importants, mais de manière très significative. Il y a aussi tous les effets indirects. »

    « Aujourd’hui, explique Alexandre Faite, on meurt au Yémen faute de pouvoir soigner des maladies qui sont facilement soignables. On meurt du choléra. On n’a pas accès à l'électricité de ville. On est dans une situation dans le pays qui est en train de tomber vraiment très, très bas. Et c’est une situation très inquiétante. »

    « Réaffirmer la nécessité que le commerce reprenne ses droits »

    Pour l'ancien chef de la délégation du CICR, « cet argent sera le bienvenu. Il sera très nécessaire pour faire face à tout ce qui s’annonce. » Mais la priorité désormais, selon Alexandre Faite, c'est la levée totale du blocus saoudien sur les marchandises. « Même s'il a été allégé, il paralyse encore plus le pays. »

    « Dans cette conférence, il a été réaffirmé l’importance de l’aide humanitaire. Il a été réaffirmé l’importance du droit international, humanitaire en particulier. Et ce qui m’a plutôt réjoui, c’est qu’il a été réaffirmé la nécessité que le commerce - donc l’entrée des biens de nécessité -, reprenne ses droits », conclut M. Faite.

    → Lire aussi : [Reportages] La guerre au Yémen auprès des déplacés et blessés

    L’aide, d’une certaine manière elle arrive. Tôt ou tard, elle arrive. Le vrai problème ici, c’est l’entrée sur le territoire yéménite des biens de consommation. Pour vous donner un exemple, le gaz pour cuisiner est passé de 2 500 riyals à 8 ou 9 000 riyals la bouteille, parce qu’il n’y a pas assez de gaz. Il y a toute une économie parallèle qui se met en place et ce n’est pas quelque chose que les organisations humanitaires peuvent régler. Ce qu’il faut aujourd’hui c’est un commerce qui se remet en place pour parvenir aux besoins du Yémen

    Alexandre Faite, ancien chef de la délégation du CICR au Yémen 04/04/2018 - par RFI Écouter

    Hodeida, Yémen: alors que la situation humanitaire est grave, un important dépôt d'aide alimentaire du PAM a été détruit par un incendie dans le port, le 31 mars 2018. Une enquête a été ouverte pour déterminer l'origine du sinistre. REUTERS/Abduljabbar Zeyad

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.