GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: rassemblement d'opposants au projet d'expulsion des migrants

    media Une manifestation contre les projets du gouvernement israélien d'expulser les migrants a eu lieu à Jérusalem, le 4 avril 2018. REUTERS/Ronen Zvulun

    La question de l'avenir des près de 40 000 Erythréens et Soudanais présents en Israël toujours au coeur du débat politique dans le pays. Quelques centaines de personnes ont manifesté, ce mercredi, dans le centre de Jérusalem.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    En moins de 24 heures en début de semaine, Benyamin Netanyahu a annulé à la fois le projet initial du gouvernement d'expulser les migrants érythréens et soudanais vers des pays tiers d'Afrique et l'accord avec le HCR qui aurait permis à plus de 16 000 personnes d'être réinstallées dans des pays occidentaux et au moins autant d'obtenir le statut de réfugié en Israël. Des revirements qui aux yeux de Tomer, professeur de biologie dans un lycée de Jérusalem, traduisent l'impasse dans laquelle se trouve l'exécutif.

    « En somme, maintenant, il n'y a rien, se désole-t-il. Pas de solution et la situation demeure telle qu'elle est depuis des années désormais. Ils n'ont pas de solution donc ils essayent de manipuler l'opinion publique et de faire de fausses accusations à propos de tout le monde. C'est ce que font les gouvernements qui ne savent pas quoi faire. »

    Après l'échec d'un accord avec le Rwanda, les autorités israéliennes ont dû libérer, ce mercredi, 58 migrants incarcérés en attente d'une expulsion vers Kigali. Une bonne nouvelle à double titre pour Rémi Daniel, membre du parti travailliste. « A mon avis, c'est le symbole de deux choses : l'absence de plan du gouvernement, et aussi du fait que la séparation des pouvoirs en Israël fonctionne encore et c'est la Cour suprême qui fait pression sur le gouvernement pour qu'il libère ces gens-là qu'elle considère comme arrêtés et incarcérés de manière illégale. »

    Devant la Cour suprême, le représentant de l'Etat a toutefois affirmé que le gouvernement cherche encore à négocier un accord d'expulsion avec un pays tiers. Les regards se tournent vers l'Ouganda. Mais le ministre des Affaires étrangères ougandais nie tout contrat « formel ou informel » avec Israël.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.