GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Iran: Les Gardiens de la révolution confirment avoir mené un «récent» test de missile
    • Thaïlande: la junte lève l'interdiction de mener des campagnes politiques, à l'approche des élections de 2019
    Moyen-Orient

    Attaque chimique présumée en Syrie: que peut faire l'OIAC?

    media Un enfant pris en charge à l'hôpital de Douma, en Syrie, après le déclenchement d'une possible nouvelle attaque chimique, le 7 avril 2018. White Helmets/Handout via REUTERS

    Un an après l’attaque au sarin survenue dans la ville de Khan Cheikhoun, dans le nord de la Syrie, des témoignages font cette semaine état d’un nouveau bombardement présumé à l’arme chimique à Douma, dans la banlieue de Damas. L'Organisation internationale sur les armes chimiques (OIAC) a annoncé mardi 10 janvier l'envoi « sous peu » d'une équipe en Syrie pour faire la lumière sur ce qui s'est passé. Comment procède l'OIAC dans ce type de situations ?

    Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 500 patients se sont rendus dans des centres de soin et présenteraient des symptômes évoquant une exposition à des agents toxiques. Une attaque qui serait survenue samedi dans la ville de Douma, dernier bastion rebelle dans la poche de la Ghouta orientale, non loin de Damas.

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) souhaite désormais enquêter. Il s'agit d'une structure indépendante. Elle n'a pas besoin d'un mandat de l'ONU pour ce faire. En fonction de ses analyses, elle est capable de dire si oui ou non, une arme chimique a été utilisée. Mais il ne lui revient pas d'identifier les responsables d'une éventuelle attaque.

    Entre 2015 et 2017, les Nations unies et l'Organisation internationale sur les armes chimiques avaient créé un mécanisme d'enquête conjoint. Ce mécanisme avait à la fois le pouvoir d'enquêter sur les soupçons d'utilisation d'armes chimiques et d'identifier les responsables. C'est ce qu'il a d'ailleurs fait, en attribuant trois attaques à l'arme chimique aux forces gouvernementales syriennes.

    Mais cet organisme conjoint entre l'ONU et l'OIAC n'existe plus depuis fin 2017, à cause de plusieurs vétos russes au Conseil de sécurité. « Ses conclusions déplaisaient à la Russie », selon plusieurs diplomates occidentaux. Ce mardi, la Russie a pourtant soutenu une résolution « surprise » à l'ONU pour envoyer l'OIAC enquêter en Syrie. Cette résolution a été rejetée.

    La raison du rejet ? « C'était une manière de faire gagner du temps au régime de Bachar el-Assad », selon les Occidentaux. L'OIAC ira donc seule enquêter en Syrie. Sans mandat de l'ONU. Et sans garantie que d'ici son arrivée, aucun nettoyage ne sera fait pour camoufler l'utilisation de produits chimiques. Les victimes de ce week-end à Douma auraient, selon plusieurs ONG, été attaquées par un couple de gaz chimiques : le chlore et le sarin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.