GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: une équipe de l'OIAC en route pour Douma

    media Un enfant pris en charge à l'hôpital de Douma, en Syrie, après le déclenchement d'une possible nouvelle attaque chimique, le 7 avril 2018. White Helmets/Handout via REUTERS

    Deux groupes d'experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) arriveront en Syrie samedi 14 avril pour faire la lumière sur ce qu'il s'est réellement passé samedi 7 avril dans la ville rebelle de Douma, près de Damas, où les Occidentaux accusent le régime syrien d'avoir perpétré une attaque à l'arme chimique. Les enquêteurs ont obtenu l'aval des autorités syriennes qui se sont engagés à les laisser travailler librement.

    Que s'est-il passé dans la Ghouta orientale le 7 avril ? L'enclave rebelle de Douma a-t-elle été visée par une attaque chimique ? Et si oui, le régime de Damas en est-il responsable ? C'est en partie à ces questions que devront répondre les spécialistes de l'OIAC, une organisation indépendante basée à La Haye.

    C'est elle qui en septembre 2017, lors d'une mission d'enquête à Khan Cheikhoun, une localité du nord de la Syrie, avait déjà démontré l'usage de sarin, un produit hautement létal. L'attaque avait fait 87 morts, en majorité des civils. Le gaz sarin avait également été utilisé en août 2013 lors d'une attaque contre la Ghouta justement. L'enquête diligentée par l'ONU n'avait alors désigné aucun coupable, car leur mandat à l'époque ne visait pas à établir une quelconque responsabilité.

    Mais l'organisation qui intervient en Syrie pour veiller au respect des promesses d'élimination des stocks de tous les produits chimiques, a dans ses textes le devoir d'identifier « les personnes, entités, groupes ou gouvernements qui ont perpétré, organisé ou commandité » l'utilisation des armes chimiques, y compris le chlore.

    Dans l'attente des conclusions de cette mission, une réunion de l'OIAC est prévue lundi pour discuter de l'attaque chimique présumée à Douma qui a fait au moins 40 morts.

    Attaque aux armes chimiques à Douma? La guerre des images sur les réseaux sociaux

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.