GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Affaire Lafarge en Syrie: une ex-DRH de l'entreprise mise en examen

    media Vue générale de l'usine Lafarge dans le nord de la Syrie, à Jalabiya. Delil souleiman / AFP

    Une ex-DRH du cimentier Lafarge est mise en examen. Sonia Artinian dirigait les ressources humaines du groupe entre 2013 et 2015. Elle échappe à des poursuites pour financement du terrorisme mais elle est poursuivie pour avoir exposé les salariés syriens à des risques vitaux.

    A l'été 2012, la direction de l'usine Lafarge dans le nord de la Syrie quitte ce pays où la guerre fait rage. A ce moment-là, seuls les employés syriens restent sur place pour faire tourner l'usine. Les jihadistes de l'organisation Etat islamique se font de plus en plus menaçants et les employés craignent pour leur vie.

    En septembre 2013, Sonia Artinian prend la direction des ressources humaines du groupe. Elle préside des « comités de sûreté mensuels », mais affirme ne pas avoir été chargée des opérations en Syrie.

    Six autres dirigeants mis en examen

    Les juges ont décidé de creuser cette question et de la poursuivre pour « mise en danger de la vie d'autrui ». Ils lui accordent le statut intermédiaire de témoin assisté pour ce qui concerne le « financement d'une entreprise terroriste », à la différence de six autres cadres et dirigeants de Lafarge, qui, eux, ont été mis en examen pour les deux chefs d'accusation.

    En effet, entre juillet 2012 et septembre 2014, la filiale syrienne du groupe aurait versé l'équivalent de plus de 400 000 euros au groupe Etat islamique afin de pouvoir continuer à faire fonctionner son usine, malgré des risques de plus en plus graves. Parmi les nombreux employés enlevés, l'un a été tué, un autre reste porté disparu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.