GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Frappes en Syrie: le Liban s'inquiète des conséquences de l'attaque tripartite

    media Des réfugiés syriens dans un jardin public à Beyrouth. REUTERS/Jamal Saidi

    Damas et l’Iran ont dénoncé dans les termes les plus durs les frappes occidentales contre des sites syriens, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, tout en essayant d’en minimiser l’efficacité. Prudent, le Liban a exprimé son inquiétude des possibles conséquences de l’attaque tripartite, menée par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    Quelques heures seulement après les bombardements occidentaux, les dirigeants syriens et les médias proches de Damas ont joué l’assurance et la détermination face à ce qu’ils ont appelé « l’agression tripartite ». La présidence syrienne a mis en ligne samedi matin une vidéo de Bachar el-Assad entrant tranquillement dans ce qui semble être le palais présidentiel. Un commentaire accompagne les images : « Sabah al-Soumoud », ou le matin de la résistance, en arabe.

    Le président syrien s'est dit plus déterminé que jamais à « lutter contre le terrorisme sur chaque parcelle de territoire », lors d'un entretien téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani. Plus tôt, le ministère des Affaires étrangères avait dénoncé une « agression barbare et brutale ». Il s’agit d’une « violation flagrante du droit international et elle sera vouée à l'échec », précise un communiqué publié par l’agence officielle Sana.

    Le Liban, lui, est coincé entre le marteau et l’enclume. Il partage 220 kilomètres de frontière avec son voisin de l’est et accueille plus d’un million de réfugiés syriens. Dans le même temps, il a de bonnes relations avec les Etats-Unis, principal soutien de son armée. Le président Michel Aoun a estimé que l’attaque contre la Syrie n'aidera pas « à trouver une solution politique à la crise » et rendra la possibilité d'un dialogue « plus difficile ».

    Le Hezbollah, pour sa part, n’a pas mâché ses mots. La « guerre » des Etats-Unis contre la Syrie « n'atteindra pas ses objectifs », a estimé le parti pro-iranien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.