GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: le calvaire des femmes suspectées de liens avec l’Etat islamique

    media Des femmes et des enfants irakiens dans un camp de réfugiés à Hammam al-Alil à l'ouest de Mossoul, avril 2017. (Image d'illustration) CHRISTOPHE SIMON / AFP

    En Irak, les femmes et les enfants soupçonnés d'avoir été en lien avec l'organisation Etat islamique sont aujourd'hui encore victimes de châtiments collectifs, d'exploitation sexuelle, enfermés dans des camps de déplacés, privés d'aide humanitaire. Leurs maris, leurs fils ont souvent disparu, arrêtés de façon arbitraire lorsque la famille fuyait les zones sous contrôle des jihadistes. Amnesty international publie ce mardi 17 avril les résultats d'une nouvelle enquête réalisée auprès de ces familles; l'ONG interpelle les autorités et l’ONU : il n'y aura pas de paix durable si les droits les plus élémentaires de ces familles ne sont pas rétablis.

    Dans un rapport intitulé « Les condamnés: femmes et enfants isolés, coincés et exploités en Irak », l'organisation des droits de l'homme révèle avoir enquêté dans huit camps de déplacés.

    L'enquête montre par exemple que les femmes sont souvent privées de papiers d'identité et rejetées pas leur communauté d'origine, c'est ce qu'explique Lynn Maalouf, directrice de recherches Moyen Orient d'Amnesty. « Soit ces femmes se voient confisquer leurs papiers d’identité, tout simplement par les autorités des camps, soit alors elles les ont perdus en prenant la fuite lors des combats. Ces femmes-là aujourd’hui, elles nous ont toutes fait état de problèmes pour pouvoir renouveler leurs papiers. Ce qui fait que, même si on leur permet de sortir des camps, elles vont devoir passer par les checkpoints, et sans leurs papiers d’identité, elles ne pourront plus arriver là où elles voudraient arriver, vers leur région d’origine, si c’était leur destination. »

    L’effet boomerang

    Il y a d’autres problèmes aussi pour celles qui arrivent à sortir des camps de déplacés et qui voudraient revenir chez elles. « Il y a des actes de vengeance, il y a beaucoup de cas où des maisons sont détruites, des familles qui sont stigmatisées, il y a même des décisions au niveau des autorités tribales comme quoi les femmes ne peuvent rentrer que si elles se remarient, ou alors que les femmes et leurs filles ont le droit de rentrer, mais pas les fils, poursuit Lynn Maalouf. C’est un effet boomerang : des familles qui essaient de sortir des camps de déplacés pour retrouver leur maison, mais qui se voient revenir dans les camps parce qu’elles ont trouvé qu’il n’y avait pas de possibilité de rester dans leur communauté ».

    Bagdad a déclaré en décembre la « victoire » contre le groupe Etat islamique (EI), dont le « califat » autoproclamé s'étendait depuis 2014 à cheval sur la Syrie et l'Irak.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.