GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Cour suprême des Maldives confirme la défaite électorale du président Abdulla Yameen
    • Mort de Jamal Khashoggi: les explications de l'Arabie Saoudite ne sont «pas crédibles», selon Londres
    • Bébés nés sans bras de l'Ain: le gouvernement français lance une nouvelle enquête (Buzyn)
    • RDC: au moins 12 morts après une nouvelle attaque à Béni
    • Le retrait américain du traité nucléaire avec la Russie est un «pas dangereux» (Moscou)
    • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
    Moyen-Orient

    Accord nucléaire: l'Iran conteste la légitimité du projet Trump-Macron

    media le président iranien Hassan Rohani lors d'un discours à l'ONU le 20 février 2018. REUTERS/Eduardo Munoz

    Le président iranien Hassan Rohani a contesté mercredi la légitimité d'un éventuel nouvel accord sur le nucléaire iranien, en réponse à des propos tenus la veille en ce sens par ses homologues français et américain. L’Union européenne et la Russie ont également jugé inopportune la remise en cause de l’actuel accord.

    « Ensemble, avec le chef d'un pays européen, ils disent : "Nous voulons décider pour un accord conclu à sept". Pour quoi faire ? De quel droit ? », a demandé M. Rohani dans un discours à Tabriz (nord-ouest de l'Iran), dans une référence implicite à Donald Trump et Emmanuel Macron.

    Donald Trump et Emmanuel Macron ont fait part mardi à Washington de leur volonté d'aboutir à un « nouvel accord » avec l'Iran à propos du programme nucléaire de la République islamique.

    Depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier 2017, M. Trump n'a cessé de brocarder cet accord conclu en juillet 2015 - sous son prédécesseur, Barack Obama - entre la République islamique et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne). M. Trump qualifie ainsi le texte obtenu à Vienne après d'intenses et longues négociations de « pire accord » jamais approuvé par son pays.

    « Vous voulez décider de l'avenir [de l'accord]? Alors vous devez d'abord nous expliquer ce que vous avez fait jusqu'ici pour l'appliquer, a déclaré M. Rohani. Vous voulez dire comment cela devrait se passer dans les prochaines années. Dites-nous s'il vous plaît d'abord ce que vous avez fait au cours des deux dernières années », a ajouté le président iranien, dont le pays accuse régulièrement les Occidentaux de manquer à leurs engagements.

    UE et Russie contre la remise en question

    Avec l'accord sur le nucléaire, « nous avons montré notre bonne volonté au monde [...] Nous voulions prouver au monde que l'Iran ne cherche pas à se doter d'armes de destruction massive. Avec cet accord, nous avons fait tomber les accusations et prouvé que les Etats-Unis et Israël mentent à propos de l'Iran depuis des décennies », a encore déclaré Rohani.

    L'accord actuel sur le nucléaire iranien fonctionne et « doit être préservé », a pour sa part affirmé mercredi la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini. « Il y a un accord qui existe, il fonctionne, il doit être préservé », a plaidé Mme Mogherini lors d'une conférence de donateurs sur la Syrie à Bruxelles.

    De son côté, la Russie a également réagi et déclaré mercredi par le biais du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, que l’accord actuel sur le nucléaire iranien est « sans alternative ».  « Nous sommes pour que l'accord soit préservé dans son état actuel. Nous estimons que pour l'heure, il est sans alternative », a indiqué M. Peskov à la presse.

    (avec AFP)

    J'espère que l'on n'enterre pas l'accord de 2015.
    Thierry Coville, chercheur à l'Iris, spécialiste de l'Iran 25/04/2018 - par Florent Guignard Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.