GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: des combattants iraniens tués par des missiles, Israël pointé du doigt

    media Des soldats du régime progressent vers l'aéroport militaire de la province d'Alep, le 18 janvier 2018. George OURFALIAN / AFP

    Au moins 26 combattants, en majorité iraniens, ont été tués dans des tirs de missiles contre des positions militaires du régime syrien. Selon une ONG, cette opération porte la marque d'Israël, qui est déterminé à empêcher tout « ancrage » de Téhéran en Syrie.

    L'Etat hébreu confirme rarement ses interventions en Syrie, et une porte-parole de l'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire après les frappes qui ont visé dimanche 29 avril au soir des positions militaires syriennes dans le centre et le nord du pays.

    Mais, ces dernières semaines, les responsables israéliens ont multiplié les déclarations fracassantes pour dénoncer l'implantation en Syrie de Téhéran, allié indéfectible du régime de Bachar al-Assad dans la guerre meurtrière qui ravage le pays depuis 2011.

    Dimanche soir, les médias étatiques syriens ont dénoncé une « nouvelle agression » sans en identifier les auteurs, assurant que des « missiles ennemis » avaient visé « des positions militaires dans les provinces de Hama et d'Alep ». Un aéroport militaire d'Alep (nord) et la Brigade 47 à Hama (centre), où sont stationnées des forces iraniennes, ont été visés par ces bombardements « probablement israéliens », a de son côté affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Dans la Brigade 47, « au moins 26 combattants ont été tués, dont quatre syriens. Les autres sont des combattants de nationalités étrangères, avec une écrasante majorité d'Iraniens », a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.