GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le Yémen pourrait subir une nouvelle épidémie de choléra, selon des chercheurs

    media Un infirmier soigne un enfant de 9 ans souffrant de déshydratation à cause du choléra, en mai 2017, dans un centre de MSF au Yémen. Nuha Haider/MSF

    Le Yémen pourrait subir une nouvelle épidémie de choléra, selon les résultats d’une étude réalisée conjointement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ONG Médecins sans frontières (MSF) et les autorités sanitaires du pays. Une étude publiée dans The Lancet Global Health qui montre que la saison des pluies à venir représente un véritable risque sanitaire. Près de 2 400 décès sur plus d’un million de cas ont été recensés depuis 2016.

    Qualifiée de modérée en 2016, d’exceptionnelle l’année dernière, une éventuelle troisième flambée épidémique oblige la prise de mesures immédiates afin que les spécialistes et les populations soient réactifs face à des vagues de nouveaux cas de choléra.

    Le Dr Anton Camacho est chercheur à Epicentre, le département de recherche de Médecins sans frontières et auteur principal de l’étude :

    « On a une première vague en 2016, 2017 qui est relativement faible, explique-t-il. Cette première vague elle se propage pendant la saison sèche, moins favorable au choléra, et à partir d’avril 2017, on a l’arrivée des pluies. C’est à ce moment-là que l’on voit une augmentation exponentielle du nombre de cas de choléra au Yémen, presque partout sur le territoire. Donc il y a eu la saison des pluies jusqu’en octobre dernier. Et à partir d’octobre le nombre de cas a pratiquement chuté et là on est dans une phase avec un nombre de cas assez bas, mais toujours présent un peu partout sur le territoire, notamment dans des centres urbains où il y a une forte densité. Et donc ce que l’on craint et ce à quoi on se prépare, c’est qu’avec cette nouvelle saison des pluies qu'on revive un scénario similaire. A priori on espère faire beaucoup mieux que l’année dernière. »

    Afin de ne pas être pris de court, des mesures de filtration et purification de l’eau sur le terrain ainsi que la surveillance épidémiologique, des vaccins et l’information aux populations mobilisent les responsables locaux, donateurs et partenaires au moins jusqu’à la fin de la saison des pluies en août prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.