GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: si Trump se retire, quelles perspectives pour les Européens?

    media Emmanuel Macron, Theresa May et Angela Merkel au siège de l'Union européenne le 22 mars 2018. REUTERS/Francois Lenoir

    Fin du suspense, ce mardi 8 mai 2018. Donald Trump va annoncer sa décision concernant l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 à Vienne. Le président américain, qui promet depuis longtemps de démanteler cet accord, pourrait mettre sa menace à exécution. Si c'est le cas, quelle sera alors la marge de manœuvre des pays européens signataires de l'accord ? Ces derniers ont inlassablement essayé ces derniers mois de convaincre M. Trump de ne pas se retirer de cet accord.

    Diplomates et observateurs en sont persuadés : sauf revirement de dernière minute, le président des Etats-Unis devrait annoncer ce mardi qu'il rétablit, au moins partiellement, les sanctions levées en contrepartie de l'engagement pris par l'Iran en 2015 de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

    A Paris, Londres, Berlin, si on se prépare à cette éventualité, et l'on s'active dans le même temps pour tenter de sauver l'accord, c'est-à-dire de convaincre Téhéran d'y rester même en cas de départ des Américains.

    Mais les autorités françaises n'en font pas mystère, la capacité de persuasion des Européens à maintenir la République islamique dans l'accord dépendra beaucoup de l'endroit où le président américain positionnera le curseur des sanctions, si c'est l'option qu'il choisit ce mardi après-midi.

    En cas de sanctions massives, l'Iran pourrait estimer que le retrait américain a tué l'accord et en sortir à son tour. A l'inverse, des sanctions plus légères pourraient inciter Téhéran à rester dans l'accord.

    Vers une intense activité diplomatique des Européens dans les six prochains mois

    C'est là qu'entre en jeu la proposition du président Macron d'engager des négociations en vue d'un nouvel accord-cadre qui comporterait l'accord actuel et trois autres sujets : l'après-accord à partir de 2025, le programme balistique iranien et l'expansion régionale de l'Iran.

    A noter que les signataires européens devront aussi gérer des conséquences en interne, puisque les sanctions dont l'exemption courait jusqu'à samedi prochain concernent le pétrole iranien.

    Dans ce cadre, on peut penser que les différentes chancelleries engageront alors une intense activité diplomatique au cours des six prochains mois pour obtenir le maintien des accords déjà signés.

    Si les sanctions sont rétablies, les entreprises pétrolières présentes en Iran auront 180 jours pour mettre fin à leur activité, ou maintenir leur activité et prendre le risque de sanctions.

    → À relire : L’Arabie saoudite compte sur Trump pour faire reculer Téhéran

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.