GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Sanctions américaines contre le secteur pétrolier en Iran: quel impact?

    media Site pétrolier de Tabi sur l'île de Qeshm dans le détroit d'Ormuz (Iran). Eric Lafforgue/Corbis/Getty

    Les Etats-Unis vont-ils sortir de l'accord sur le nucléaire iranien ? Le président américain Donald Trump doit donner sa décision ce mardi soir. Une sortie américaine de l'accord signé en 2015 impliquerait également un retour des sanctions américaines, des sanctions économiques visant notamment le secteur pétrolier.

    De deux millions et demi de barils par jour, la production iranienne de pétrole était passée à 1 million de barils sous l'effet des sanctions américaines et européennes. C'était avant la signature de l'accord de 2015. Si les Etats-Unis en sortaient, leurs sanctions seraient à nouveau d'actualité.  « Les Américains avaient mis en place une série de sanctions contre le secteur pétrolier iranien, rappelle Thierry Coville, chercheur à l'Iris et spécialiste de l'Iran, qui visaient à empêcher les pays d'acheter du pétrole iranien. Il y avait aussi une autre sanction qui avait été mise en place, la loi d'Amato, qui empêchait les investissements dans le secteur pétrolier iranien. »

    Le retour de ces sanctions pourrait toucher des entreprises comme Total, impliqué dans un important projet gazier, ou encore les industries automobiles présentes en Iran : Renault, Peugeot, et des marques asiatiques. Mais en ce qui concerne la production nationale de pétrole et l'équilibre des échanges mondiaux, Thierry Coville estime que l'impact serait très limité : « si les sanctions américaines sont réimposées, les Européens peuvent à mon avis, continuer d'acheter du pétrole à l'Iran, donc ça ne changerait rien, juge le chercheur. Et comme les Américains, actuellement, n'achètent pas de pétrole à l'Iran, en ce qui concerne l'offre et la demande de pétrole, il n'y aurait pas vraiment d'impact.»

    à (re)lire: L'Iran inquiète les marchés pétroliers

    Si les Iraniens jugeaient que l'impact économique des sanctions américaines était surmontable, ils pourraient décider de rester dans l'accord, avec les autres signataires internationaux. Mais s'ils s'estimaient trop lésés, ils pourraient à leur tour décider de rompre le pacte, et de reprendre leur programme nucléaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.