GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Aujourd'hui
Lundi 25 Juin
Mardi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les législatives irakiennes voient naître des alliances inédites

    media Les partisans du leader chiite Moqtada Sadr portent les drapeaux de la «Marche pour les réformes», alliance électorale qui compte formations majoritairement laïques, dont le Parti communiste, lors d'un meeting, à Bagdad, le 4 mai 2018. AHMAD AL-RUBAYE / AFP

    Alors que les élections législatives se tiennent samedi 12 mai, et après des années de division et de conflits confessionnels, les Irakiens semblent disposés à surmonter leurs différences. Les partis politiques sont rassemblés en coalitions. Les clivages sont, semble-t-il, laissés de côté pour répondre à une volonté populaire et désormais certains sunnites et chiites s'associent, des mouvements à tendance islamique et des communistes se regroupent également.

    Avec nos envoyés spéciaux à Bagdad, Sami Boukhelifa et Richard Riffonneau

    A deux jours du scrutin, c'est l'effervescence au siège des « sadristes ». Le parti soutenu par Moqtada al-Sadr, leader chiite, et les communistes irakiens se présentent ensemble aux législatives. L'alliance des turbans noirs à la faucille et au marteau ? Aucune contradiction, insiste Mohamed Al Helfi, responsable de la campagne électorale de ce parti conservateur.

    « Notre alliance avec les communistes est dans l'intérêt du pays. Elle dépasse les questions idéologiques islamique ou communiste. Nous voulons des dirigeants compétents, peu importe leur appartenance politique, explique-t-il. Au final nous sommes tous Irakiens et nous avons un objectif commun : chasser les corrompus du pouvoir ».

    Changement de lieu et d'ambiance au siège du Parti communiste irakien. Son secrétaire général Raed Fahmi, insiste lui sur un point : entre son mouvement et les sadristes technocrates personne n'a trahi son identité.

    « Il y avait des réticences pour travailler les uns avec les autres et cela a diminué dans le sens où l’on peut désormais communiquer, affirme-t-il. Ils ont même coordonné des actions communes et en même temps chacun a reconnu les limites sur lesquelles on s’entend et nos différences. Et on a accepté ces différences ».

    L'alliance des deux partis a été baptisée « La Marche pour les Réformes ». Elle compte également cinq autres formations majoritairement laïques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.