GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: le retrait américain va-t-il profiter aux entreprises russes?

    media Les ministres des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et iranien Mohammad Javad Zarif quittent une salle de réunion, à Moscou, le 28 avril 2018. REUTERS/Grigory Dukor

    Même si Moscou déplore le retrait américain de l'accord sur le programme nucléaire iranien et le retour des sanctions, la Russie profite déjà de la remontée des cours du brut. Mais ses entreprises, moins exposées que leurs concurrentes européennes ou américaines, pourraient en profiter pour accroître leurs échanges avec l'Iran.

    Avec notre correspondant à Moscou, Jean-Didier Revoin

    Les entreprises russes risquent bien d'être les acteurs privilégiés de la modernisation des infrastructures iraniennes, comme des réseaux électriques et de télécommunications. Mieux implantées sur le marché américain que leurs homologues russes, les entreprises européennes devront en effet se conformer de manière stricte au régime de sanctions pour éviter de payer de lourdes amendes. C'est du moins l'avis d'Igor Delanoë, directeur adjoint de l'Observatoire franco-russe à Moscou.

    Pour contourner le régime de sanctions, les entreprises russes devront recourir à des organismes de financement qui n'y sont pas soumis, principalement des banques russes ou chinoises, ainsi que se passer du dollar, pour conclure des contrats en monnaies locales. De quoi donner un nouvel élan au commerce bilatéral entre Téhéran et Moscou, qui atteignait 1,7 milliard de dollars (1,42 milliard d’euros) en 2017 contre plus de 3 milliards (2,51 milliards d’euros) à la fin des années 2000.

    Les entreprises russes devront toutefois affronter la concurrence d'entreprises chinoises, qui financent déjà des projets à hauteur de plusieurs dizaines de milliards en Iran. Mais la Russie dispose d'un avantage dans cette lutte : la zone de libre-échange de l'Union économique eurasiatique, comprenant la Russie, la Biélorusse, l'Arménie, le Kazakhstan et le Kirghizstan... à laquelle Téhéran pourrait bientôt adhérer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.