GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: début des tractations pour former un gouvernement

    media Le chef nationaliste chiite Moqtada Sadr à Najaf, le 12 mai 2018, jour du scrutin des législatives en Irak. REUTERS/Alaa al-Marjani

    Après les résultats des législatives irakiennes qui placent le chef nationaliste chiite Moqtada Sadr en tête du scrutin, le pays s’engage dans de longues tractations afin de former un gouvernement. Les élections législatives ont été marquées par un fort taux d’abstention.

    A travers leur abstention et en plaçant Moqtada al Sadar, en tête du scrutin, les Irakiens ont envoyé un message clair : ils ont souhaité de nouveaux visages à la tête de leur pays.

    Le problème est que Moqtada Al Sadr est la bête noire des deux puissances agissant en Irak : les Etats-Unis et l’Iran. Le leader chiite est une figure de la résistance irakienne à la suite de l’invasion américaine en 2003. La République islamique lui reproche sa proximité avec le grand ennemi régional, l’Arabie saoudite.

    La configuration du scrutin législatif en Irak ne permet de fait aucune majorité absolue. Donc malgré la victoire de Moqatada Sadr, un jeu d’alliance pourrait l’empêcher de diriger le prochain gouvernement.

    Selon des sources politiques, citées par l’AFP, les Iraniens ont déjà entamé des rencontres avec différents partis en Irak pour contrecarrer Moqtada Sadr. L'une des alliances évoquées est celle des deux précédents Premiers ministres irakiens, le sortant Haïdar al-Abadi et son prédécesseur Nouri al-Maliki, avec le parti des milices populaires arrivé deuxième aux législatives.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.