GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 27 Mai
Lundi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l'OIAC confirme l'utilisation du chlore dans l'attaque de Saraqeb

    media Syriens soignés pour des difficultés respiratoires suite à des frappes aériennes sur la ville de Saraqeb, au nord-ouest de la Syrie, le 4 février 2018. OMAR HAJ KADOUR / AFP

    Il y a bien eu des attaques chimiques en Syrie en février dernier. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a confirmé ce mercredi 16 mai que du chlore avait été « vraisemblablement utilisé comme arme chimique » lors d'une attaque contre la ville syrienne de Saraqeb. Une mission d'enquête de l'OIAC s'était rendue sur place.

    Dans son communiqué, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ne désigne personne. Elle explique que sa mission en Syrie visait à déterminer si du chlore avait bien été utilisé lors d'une attaque, le 4 février 2018, contre la ville de Saraqeb, et non à identifier les responsable des attaques présumées. La communauté internationale a en effet pointé du doigt le régime syrien comme étant à l'origine de ces attaques contre des populations civiles. Une vidéo, diffusée par les rebelles sur les réseaux sociaux, montrait les corps d'une douzaine d'enfants, de femmes et d'hommes manifestement victimes d'armes chimiques.

    « Du chlore a été libéré de cylindres par impact mécanique dans le quartier d'Al Talil, à Saraqeb », dit le communiqué de l'OIAC qui précise que deux cylindres ayant contenu du chlore ont été trouvés et que des saisies d'échantillons dans les environs ont permis d'établir « une présence inhabituelle de chlore dans l'environnement local ». L'Observatoire syrien des droits de l'homme avait à l'époque avancé que onze parsonnes avaient été traitées pour difficultés respiratoires suite à cette attaque.

    D'autres résultats de l'OIAC sont attendus pour des suspicions d'attaques au chlore et au gaz sarin dans la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta, le 7 avril 2018.

    Lire aussi les témoignages recueillis par Amnesty International sur l'attaque du 4 février 2018 dans la ville de Saraqeb

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.