GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Premier ministre arménien réformateur Nikol Pachinian a annoncé ce mardi 16 octobre sa démission à la télévision. Une décision destinée à convoquer des élections législatives anticipées qu'il souhaite organiser avant la fin de l'année. «Mon cher et fier peuple, aujourd'hui, j'ai remis ma démission», a déclaré Nikol Pachinian, promettant de «garantir la libre expression de la volonté du peuple lors d'élections législatives anticipées».

    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: le groupe chinois CNPC remplacera Total en cas de retrait

    media Total a indiqué qu'il ne mènerait pas à terme un grand projet gazier en Iran entamé en juillet 2017. REUTERS/Charles Platiau

    L'entreprise française Total est prête à se retirer d'Iran à cause du rétablissement des sanctions américaines. Le groupe explique dans un communiqué que, sauf dérogation accordée par les Etats-Unis, Total préfère abandonner son implication dans un important champ gazier iranien plutôt que de risquer des sanctions américaines, conséquences du retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Mais cette position du géant pétrolier est révélatrice du cas de toutes les entreprises françaises et européennes. Les sociétés chinoises et russes sont à l'affût. La société chinoise CNPC remplacera Total dans le contrat pour le développement en Iran de la phase 11 du champ gazier Pars Sud en cas du retrait du groupe français, a déclaré mercredi soir le ministre iranien du Pétrole.

    « Les conséquences indirectes de la décision américaine vont favoriser les positions russes et chinoises dans la région et avantager leurs entreprises », a relevé le président français Emmanuel Macron à Sofia, illustrant les craintes des Européens. Mais « nous n'allons pas déclencher une guerre commerciale avec les Etats-Unis sur l'Iran ou contre-sanctionner des entreprises américaines », a-t-il par ailleurs assuré.

    Emmanuel Macron : «Les conséquences indirectes de la décision américaine vont favoriser les positions russes et chinoises dans la région» 18/05/2018 Écouter

    Les négociations sont complexes, mais l'équation est simple : les Etats-Unis pèsent plus lourd que l'Iran, pour l'immense majorité, voire l'ensemble des entreprises européennes. Et ce, en dépit des investissements parfois conséquents réalisés ces dernières années dans la République islamique. Comme Total, une soixantaine d'entreprises françaises impliquées en Iran est en lien constant avec le ministère français de l'Economie, engagé dans des négociations avec Washington.

    La France et l'Union européenne veulent obtenir des exemptions de la part des Etats-Unis, pour certains contrats ou certaines entreprises en plaidant la bonne foi des entreprises qui ont investi en Iran après la signature de l'accord de 2015. Des moyens de contourner les sanctions américaines sont également à l'étude, mais la perspective de représailles fait peur. Paris a demandé aux entreprises, en attendant l'issue des discussions en cours, de ne pas prendre de décision.

    La Chine et la Russie, elles, se frottent les mains : également signataires de l'accord, leurs entreprises ont énormément investi en Iran depuis 2015. Nettement moins exposées sur le marché américain, la plupart n'a que faire du rétablissement des sanctions américaines. Téhéran a d'ailleurs déjà confirmé qu'en cas de retrait de Total, ses parts dans le projet gazier de South Pars seraient allouées au chinois CNPC qui, lui, n'a aucune intention de se retirer.

    La position du groupe pétrolier français a changé 

    Total est la seule compagnie européenne qui a investi en Iran depuis l'entrée en vigueur de l'accord sur le nucléaire avec Téhéran. La compagnie française avait également été la seule à braver les sanctions américaines dans les années 1990.

    Mais aujourd'hui la situation n'est plus du tout la même pour Total, ses intérêts sont beaucoup plus importants aux Etats-Unis, comme l'a expliqué à RFI, Francis Perrin, président de Stratégies pétrolières et énergétiques. Le groupe français n'est pas prêt à sacrifier ses intérêts américains pour rester en Iran.

    Total n'est pas prêt à choisir l'Iran contre les Etats-Unis, ce qu'il était prêt à faire il y a une vingtaine d'années
    Francis Perrin, président de Stratégies pétrolières et énergétiques chez Total 17/05/2018 - par Claire Fages Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.