GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le prix du baril s'enflamme à l'aune des crises iraniennes et vénézuéliennes

    media Puits de pétrole en Algérie. Getty Images/ Keystone-France

    Le pétrole n'en finit plus de battre des records. Ce jeudi, le prix du baril de brent a atteint le seuil de 80 dollars, son plus haut niveau depuis fin 2014. Les marchés envisagent désormais un baril à 100 dollars dans les mois qui viennent. Mais il n'y a pas que la situation au Moyen-Orient qui pèse sur les prix. La crise au Venezuela affecte également les stocks.

    Les décisions des Etats-Unis de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien et de rétablir les sanctions contre ce pays font planer l'incertitude sur l'avenir de la production pétrolière iranienne.

    Même si ces sanctions ne sont pas encore effectives, difficile de prédire ce que les principaux acheteurs du brut iranien, à savoir la Chine, l'Union européenne et l'Inde, vont faire.

    L'Arabie saoudite, rival de l'Iran, a assuré qu'elle se tenait prête à augmenter sa production pour compenser mais cette perspective est encore lointaine.

    En revanche, la situation du Venezuela pèse bien de tout son poids sur la production. Cet autre pays membre de l'Opep ne produit plus que 1,43 million de barils jour, son plus bas niveau en 33 ans. En cause, les troubles politiques dans un pays où la manne pétrolière est quasiment l'unique ressource.

    Et les perspectives ne font que s'assombrir avec la réélection presque assurée de Nicolas Maduro dimanche prochain, pour des élections anticipées qualifées de farce par les Etats-Unis.

    L'Agence internationale de l'énergie a abaissé sa prévision de croissance de la demande de pétrole, à cause de la hausse des prix. Le PDG de Total Patrick Pouyanné, dont l'entreprise n'exclut pas de se retirer d'Iran à cause du retour des sanctions américaines concernant le programme nucléaire iranien, envisage même un baril à 100 dollars dans quelques mois.

    → RELIRE : Sanctions contre l'Iran: quels effets sur le marché pétrolier ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.