GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le cri d'alarme de l'UNRWA à Yarmouk

    media L'armée syrienne bombarde le camp palestinien de Yarmouk contrôlé depuis 2015 par l'organisation Etat islamique, le 28 avril 2018. REUTERS/Omar Sanadiki

    Le régime syrien a annoncé en début de semaine avoir repris la totalité de la capitale Damas et ses environs. Le camp de Yarmouk qui abritait quelque 160 000 réfugiés palestiniens a pratiquement été vidé, avec les combats opposant le régime à l'organisation Etat islamique qui s'était installée à Yarmouk depuis 2013. Ces Palestiniens, qui pour la plupart ont fui dans les pays voisins, ne pourront pas revenir de si tôt, selon le porte-parole de l'UNRWA , l'agence de l'ONU en charge d'aider les réfugiés palestiniens, Chris Gunness, qui avoue son impuissance.

    « Yarmouk est complètement dévasté. Plus une maison ou presque ne tient debout. Les maisons ont été endommagées ou détruites et les services de santé sont totalement décimés. Donc certainement dans un avenir proche, je vois mal comment les Palestiniens pourraient revenir à Yarmouk, ce qui veut dire qu'ils dépendent presque entièrement de l'UNRWA, de notre organisation. Mais le problème, c'est que nous vivons une grave crise financière. Nos fonds d'urgence vont être épuisés dans les semaines qui viennent. Nous n'avons rien à donner aux réfugiés. Nous avons déjà dû réduire notre aide financière de 64 dollars à 46 dollars par mois, ce qui est pitoyable, ce n'est rien au vu de la situation dans laquelle ces pauvres gens se retrouvent » confie Chris Gunness à RFI.

    « La situation pour les 100 à 200 Palestiniens qui sont restés dans le camp de réfugiés de Yarmouk à Damas est pire qu'inhumaine. Durant les six semaines passées, ils ont dû subir des frappes aériennes. Ils se sont retrouvés au milieu d'une guerre entre le gouvernement syrien et l'organisation Etat islamique. Tous les services publics, l'eau, l'électricité ont été complètement détruits. Ils n'avaient presque rien à manger, presque pas d'électricité et aucun accès à des soins médicaux. Donc ceux qui sont restés se sont retrouvés dans le chaos. Certains ont fui vers des quartiers aux alentours mais ils ont dû dormir dans la rue, sans soins médicaux et sans nourriture. La situation est vraiment épouvantable » ajoute-t-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.