GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Jordanie: au-delà de la loi fiscale, des manifestations contre l'élite politique

    media Altercation entre manifestants et policiers lors d'une mobilisation contre le projet de loi fiscale, à Amman, le 2 juin. REUTERS/Muhammad Hamed

    La colère ne faiblit pas en Jordanie. Des milliers de personnes ont protesté dans les rues des grandes villes après le coucher du soleil et pendant une bonne partie de la nuit dernière, y compris à Amman, la capitale. Depuis quatre jours, elles manifestent contre la vie chère et s'opposent à un projet de loi visant à augmenter les impôts mais elles demandent aussi des changements politiques plus profonds. Elles expriment une défiance très forte vis-à-vis des élites politiques dans leur ensemble.

    Avec notre correspondant à Amman, Jérôme Boruszewski

    Des milliers de manifestants réclament la démission du gouvernement. Ils ne sont qu'à 100 mètres du bureau du Premier ministre, mais la police les empêche d'avancer.

    « J'ai 24 ans, explique Mothasem, un jeune ingénieur. Et la seule chose à laquelle nous pensons, c'est émigrer. Pourquoi est-ce que nous ne construisons pas ce pays ? Pourquoi ne travaillons-nous pas dans ce pays ? Parce qu'il y a beaucoup de voleurs qui prennent l'argent, qui prennent les fonds. Nous avons perdu toute la confiance que nous avions pour ce parlement. »

    La plupart des députés ont manifesté leur opposition au projet de loi fiscale. Sur les 130 députés, 78 se sont dits opposés au texte qui, selon eux, ne sert pas les intérêts économiques et sociaux des Jordaniens. Mais cette manifestante de 26 ans ne croit pas les parlementaires.

    « Ils disent qu'ils sont avec les gens mais en fait, ils ne sont pas avec les gens, estime-t-elle. Ils disent cela pour que les gens restent calmes et ne défendent pas leurs droits. Ils ont toujours joué ce jeu-là. Nous ne voulons pas que d'autres parlent en notre nom. Nous sommes ici, dans la rue, et nous parlons en notre nom. »

    Musa, un jeune travailleur humanitaire, critique le roi Abdallah de Jordanie. Ce qui est rare. « Nous perdons notre confiance en lui. Nous n'allons pas dire "majesté, nous vous aimons". Non, non. » Dans la foule, aucun portrait du roi, alors que sa photo est souvent brandie dans les manifestations populaires en Jordanie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.