GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le chef de la diplomatie syrienne conditionne les pourparlers à propos du Sud

    media Walid Mouallem, ici devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 2 octobre 2015 (photo d'illustration). REUTERS/Mike Segar

    Le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a lié samedi 2 juin la participation de Damas à des négociations sur le sort du sud du pays, contrôlé en partie par la rébellion, au retrait américain d'une autre région située à la frontière syro-irako-jordanienne.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Les déclarations de Walid Mouallem interviennent alors que la tension monte dans la partie méridionale du pays, où l'armée syrienne envoie d'importants renforts en vue d'une offensive à Deraa et Quneitra. Ces deux provinces, limitrophes de la Jordanie et du Golan occupé par Israël, sont contrôlées en partie par les rebelles. Les jihadistes du groupe Etat islamique sont présents dans une poche de 250 kilomètres carrés, dans le bassin du Yarmouk.

    La condition posée par Walid Mouallem pour des pourparlers sur le sud syrien survient alors que des informations circulent sur une proposition russe visant à consolider le cessez-le-feu en vigueur depuis juillet 2017 dans cette région. Le plan russe consisterait en un retrait américain de la base de Tanaf, à la frontière syro-irako-jordanienne, en contrepartie d'un recul des forces iraniennes à 60 kilomètres d'Israël.

    Mais Walid Mouallem a nié la présence de troupes iraniennes dans son pays, affirmant que l'Iran dispose uniquement de conseillers en Syrie. Cette présence est, selon lui, tout à fait légale, car elle intervient avec l'accord de Damas, ce qui n'est pas le cas des forces américaines, turques et françaises, déployées dans le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.