GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Jordanie: le roi Abdallah II s'en prend à la réforme fiscale

    media Le roi Abdallah II de Jordanie (ici le 28 février 2018). SAJJAD HUSSAIN / AFP

    En Jordanie, le roi Abdallah a donné les grandes lignes de la politique économique que devra conduire le prochain gouvernement. Alors que d'importantes manifestations secouent le pays depuis une semaine contre un projet de loi visant à augmenter les impôts, le roi se place une nouvelle fois en défenseur du peuple.

    Avec notre correspondant à Amman, Jérôme Boruszewski

    Pour la troisième fois en cinq jours, le roi Abdallah II accède aux réclamations du peuple. Après avoir reporté l’augmentation des prix de l’électricité et changé de Premier ministre comme le demandait la rue, il rouvre aujourd'hui le dossier brûlant de la réforme fiscale.

    Dans sa lettre au Premier ministre, le roi reprend certaines critiques que les protestataires formulaient lors des manifestations ces derniers jours. Il parle de « bureaucratie » et de « taxes injustes ». Abdallah de Jordanie demande au gouvernement de rouvrir le dialogue pour « réexaminer le système fiscal ». Dans son message écrit, le roi identifie les problèmes économiques du pays, mais n’explique pas comment les régler. Il demande au gouvernement de « chercher des solutions créatives », sans détailler.

    Le roi revient enfin sur les contraintes qui pèsent sur l’économie jordanienne : la fermeture de la frontière syrienne, la réouverture très progressive de la frontière irakienne. Comme pour signifier qu’il n’y aura pas de solution miracle aux problèmes économiques que rencontre la Jordanie.

    La potasse, le phosphate... tout cela sort du pays, tout cela n'appartient plus à la Jordanie. L'Etat n'a plus rien, nous avons besoin d'exploiter nos ressources et de les réinvestir

    La mobilisation faiblit, mais certains protestent encore. Ils estiment qu'ils n'ont pas obtenu beaucoup d'avancées concrètes 06/06/2018 - par Jérôme Boruszewski Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.