GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Liban: un décret de naturalisation de Syriens suscite la polémique

    media Le président libanais Michel Aoun est le premier visé par les critiques contre le décret de naturalisation. Dalati Nohra/Handout via Reuters

    Un décret présidentiel accordant la nationalité libanaise à près de 300 personnes, dont une majorité de Syriens, suscite la polémique au Liban où des hommes politiques ont dénoncé cette mesure prise en secret, selon eux.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le principal grief reproché au décret de naturalisation porte sur le fait qu’il concerne de nombreux hommes d’affaires proches du régime syrien. D’autres critiques déplorent qu’il n’a pas été publié au Journal officiel, ce qui signifie que les autorités ont tenté de le faire passer en secret.

    Le chef de l’Eglise maronite, le patriarche Béchara Raï, a même estimé que la naturalisation de ces personnes, en majorité syriennes, porte atteinte à l’équilibre démographique et confessionnel. Mais cet argument ne tient pas vraiment la route, car le décret respecte la parité entre musulmans et chrétiens et ne concerne que 300 personnes.

    Le décret controversé porte la signature du président de la République Michel Aoun et du Premier ministre Saad Hariri. Pourtant, les critiques visent surtout le chef de l’Etat. Les milieux de la présidence rappellent que la Constitution libanaise octroie au président la prérogative d’accorder par décret la nationalité, et ajoutent que ce type de texte ne doit pas être obligatoirement publié au Journal officiel. Tout s’est donc passé dans les règles, selon eux. Pourtant, les autorités refusent de publier la liste des personnes qui en ont bénéficié.

    Malgré tous ces arguments, Michel Aoun a ordonné à la Sûreté générale de vérifier la validité de tous les dossiers et a demandé à ceux qui possèdent des informations sur des irrégularités à les présenter aux autorités.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.