GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’Egypte serre la vis avant une levée de subventions exigée par le FMI

    media (Photo d'illustration) Ici, un policier égyptien à Hurghada après une attaque au couteau contre des touristes, en janvier 2016. AFP PHOTO / MOHAMED EL-SHAHED

    Les autorités égyptiennes sont de plus en plus fébriles à l’approche de l’expiration du délai fixé avec le FMI pour la levée partielle ou totale des subventions sur le carburant et l’électricité qui devrait intervenir avant la fin juin. Les arrestations mais aussi les actes d’intimidations se multiplient depuis plusieurs semaines.

    De notre correspondant au Caire,

    Durant cette période, les autorités ont procédé à l’arrestation de plusieurs opposants notoires. Le plus connu est Hazem Abdel Azim. Cet informaticien devenu activiste politique contre les Frères musulmans était l’un des plus farouches opposants au président Abdel Fatah al-Sissi après avoir été l’un de ses proches lors de la campagne présidentielle en 2014.

    Abdel Azim a été accusé de « publication de fausses informations de nature à nuire à l’Etat égyptien ». Une épée de Damoclès qui pèse sur les opposants politiques, journalistes, blogueurs, activistes ou même simples internautes critiques du pouvoir à travers les médias ou les réseaux sociaux. Une accusation qui ne concerne pas que les Egyptiens. La journaliste française Nina Hubinet refoulée à son arrivée de France en a fait les frais le 25 mai.

    Actes d’intimidation

    Il y a aussi ce que des opposants qualifient d’actes d’intimidation. Mercredi 6 juin, des opposants, intellectuels et journalistes libéraux ou de gauche étaient réunis au Club suisse du Caire pour un « iftar », ce repas marquant la fin de la journée de jeûne durant le ramadan. Ils ont été attaqués par un groupe d’inconnus les accusant de trahison. Plusieurs personnes ont été légèrement blessées et les agresseurs se sont volatilisés.

    Selon des opposants le pouvoir a recours à de gros bras pour les intimider, ce que démentent formellement les autorités. Les accusations de « publications de fausses informations » formulées contre les opposants sont le fait d’avocats officiellement indépendants. « Une répression par procuration », selon des défenseurs des droits de l’homme.

    Le pouvoir a aussi recours à la carotte

    Les autorités viennent d’augmenter les salaires des fonctionnaires de l’Etat et du secteur public de 15%, mais aussi la quantité de produits subventionnés auxquels peuvent accéder des dizaines de millions d’Egyptiens par le biais de cartes d’approvisionnement qui permettent d’obtenir des produits de première nécessité comme l’huile, le sucre et naturellement la denrée la plus vitale : le pain.

    Des augmentations visant à amortir le choc des hausses de prix qui découleront de l’augmentation du prix du carburant. Une levée de subventions convenue avec le FMI en contrepartie d’un prêt de 12 milliards de dollars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.