GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Aujourd'hui
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Liban s'oppose au HCR sur le sort des réfugiés syriens

    media Des réfugiés syriens quittent le village libanais de Shebaa pour retourner chez eux, près de Damas, le 18 avril 2018. HASSAN JARRAH / AFP

    Le Liban, qui accueille un million de déplacés syriens, a annoncé ce vendredi 8 juin avoir bloqué les demandes de permis de séjour des employés du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) à cause de divergences sur la question du retour des réfugiés syriens.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le divorce est consommé entre le Liban et les Nations unies. Jeudi 7 juin, le chef de la diplomatie libanaise Gebran Bassil avait accusé le HCR d'« intimider » les réfugiés dans le but de les empêcher de rentrer chez eux.

    Mardi, le ministère des Affaires étrangères avait reçu la directrice de l'agence onusienne, Mireille Girard, pour lui demander de préparer un plan d'action pour le retour des réfugiés syriens. Beyrouth estime que la stabilité revenue dans de nombreuses régions de Syrie « permet le retour en toute sécurité et dignité des réfugiés ».

    La communauté internationale n'est pas de cet avis et juge ce retour prématuré, en l'absence d'une solution politique au conflit syrien. Mais le Liban n'est plus disposé à attendre cette solution. Il affirme que la présence de cette population déplacée constitue un « énorme poids économique et social, devenu insupportable et qui met en péril l'existence du Liban ».

    Un diplomate libanais affirme que l'attitude du HCR et de la communauté internationale « confirme les craintes de Beyrouth concernant une volonté sérieuse de naturalisation des réfugiés, en instillant la peur dans leur cœur et en obstruant les efforts visant à leur retour ». Le HCR s'est défendu de ces accusations, rappelant que sa mission se limitait à préparer les conditions humanitaires au retour des réfugiés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.