GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: photographier ou filmer les soldats israéliens bientôt interdit

    media Soldats israéliens déployés à la frontière entre Gaza et Israël, le 6 avril 2018. MENAHEM KAHANA / AFP

    Photographier ou enregistrer des soldats israéliens pourrait devenir passible d'une peine de prison. Le gouvernement de Benyamin Netanyahu a en effet adopté une proposition de loi en ce sens. Le texte vise avant tout les organisations de défense des droits de l'Homme dans les territoires occupés qui dénoncent régulièrement des exactions de l'armée israélienne. 

    De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Avec le développement des caméras personnelles puis l'usage de téléphones portables dotés d'appareil photo, les images des soldats israéliens en pleine intervention dans les territoires occupés se sont multipliées ces dernières années. Ainsi, c'est une vidéo tournée par un Palestinien puis diffusée par B'Tselem, une organisation israélienne de défense des droits de l'Homme, qui a servi de principale pièce à conviction lors du procès d'Elor Azaria, un soldat reconnu coupable d'homicide volontaire sur un assaillant palestinien qui ne semblait plus présenter de danger.

    Selon l'auteur de cette proposition de loi, le député Robert Ilatov du parti ultra-nationaliste Israël Beytenou, ce phénomène est devenu «inquiétant». Le texte affirme que certains militants passent «des jours aux côtés de soldats israéliens, attendant avec impatience un acte qui puisse être enregistré de manière biaisée et utilisé pour les dénigrer». Il affirme que cela a un impact sur les activités opérationnelles de l'armée.

    Afin d'enrayer cette diffusion de photos, vidéos ou enregistrements audio, le texte prévoit une peine allant jusqu'à cinq ans de prison lorsque l'objectif de l'auteur est de « démoraliser les soldats et les civils israéliens », le double lorsque les images ou enregistrements seront considérés comme « portant atteinte à la sécurité nationale ». Pour l'ONG B'Tselem, « si le gouvernement trouve l'occupation trop embarassante pour être documentée, il devrait travailler pour y mettre fin, pas s'en prendre aux photographes ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.